Archive pour juin 2013

Poussière d’amiante : retrait de dalles de faux plafond

Etudions un cas pratique illustrant les risques liés à la poussière d’amiante.

Un électricien enlève une plaque isolante en amiante (60 cm x 60 cm) dans le plafond d’un bureau (ou d’une usine) pour accéder à des câbles dans le faux plafond. L’enlèvement d’une plaque isolante en amiante doit normalement être effectué par un spécialiste mais les petits travaux, notamment le retrait d’une plaque de plafond qui n’est pas endommagée, peuvent être réalisés par des travailleurs non agréés.

 

Mauvais

L’électricien, juché sur des supports inadaptés et non protégés, place un ciseau sur le bord de la plaque pour l’enlever du plafond. Ce faisant, de la poussière et des particules d’amiante sont libérées dans l’air. Il ne porte pas de protection respiratoire et réalise son travail sans précaution particulière.

Bon

L’électricien porte un équipement respiratoire complet et une combinaison avec capuchon. La zone autour des travaux est entourée d’une feuille de polyéthylène calibre 500 et de ruban adhésif. La plaque est retirée avec le plus grand soin. Un EPC efficace doit protéger la pièce en chantier de celles attenantes.

Le problème

L’amiante était souvent utilisée dans les bâtiments jusqu’au milieu des années 1980 pour la protection incendie et l’isolation. Les matériaux amiantés en bon état sont sûrs, à moins que les fibres d’amiante ne soient aéroportées, ce qui arrive lorsque les matériaux sont endommagés. Le travail sur des matériaux endommagés contenant de l’amiante ou près de ceux-ci, ou le fait de respirer des niveaux élevés de fibres d’amiante augmente les risques de maladies liées à l’amiante. L’amiante peut être présente dans: les produits en amiante-ciment les revêtements texturés le carrelage les revêtements pulvérisés sur les plafonds les plaques isolantes en amiante les revêtements calorifuges

La solution

Recherchez la présence de matériaux contenant de l’amiante; planifiez les travaux pour éviter d’y toucher Toute personne travaillant sur de l’amiante doit être correctement formée Tenez compte des autres risques en plus de l’amiante (par ex. le travail en hauteur) et effectuez la tâche en toute sécurité Utilisez un équipement/des méthodes pour vous assurer que l’exposition à l’amiante est aussi limitée que possible Préparez un plan de travail expliquant en quoi consiste la tâche, les procédures et les mesures de contrôle à utiliser Veillez à disposer de l’équipement adéquat; il doit être propre, en parfait état de fonctionnement et il doit protéger de l’amiante Prenez des dispositions pour la mise au rebut sécurisée des déchets d’amiante

,

3 commentaires

Que faire si son ordinateur est VRAIMENT empoussierré ?

Nous avons présenté récemment une astuce permettant de limiter l’entrée de poussière dans son ordinateur de bureau. Malheureusement, parfois, le mal est fait et il faudra se résoudre à ouvrir la bête pour éviter surchauffe, perte de performance, voire détérioration et incidents.

L’excellent article « Nettoyer intégralement son PC » sur le site « le Crabe Info » présente  en images les étapes pour donner une seconde jeunesse à une machine … passablement empoussiérée. Les photos avant-après parlent d’elles-mêmes :

 

Pas de commentaire

Astuces anti-poussière : des ampoules plus lumineuses

Vous avez surement constaté qu’après avoir changer une ampoule, celle-ci vous semble progressivement perdre de son éclat, devenir terne. Les dépôts de poussière y sont pour beaucoup, le dessus du bulbe étant en général très vite couvert. Mais les poussières en suspension captent aussi des particules grasses qui viennent progressivement opacifier le verre de l’ampoule. C’est de 25 à 40% d’éclairage en moins et cet impact sur le rendement affecte votre consommation.
Pas de panique, il y a un moyen très simple d’éliminer cette poussière et ce dépôt graisseux, de redonner de l’éclat à la lumière et en plus de faire des économies d’énergie !
Lumière coupée,dévissez vos ampoules et frottez-les quelques secondes à l’aide d’un chiffon imbibé d’alcool ménager. Elles retrouvent instantanément leur transparence et donneront une belle lumière. Profitez en pour nettoyer de la même façon le support de l’ampoule et la vasque du luminaire si il y en a un.

Pas de commentaire

Fixation de poussière par brumisation

Si il est une industrie particulièrement génératrice de poussière, l’extraction de minéraux est surement celle qui sort en tête. L’émission peut avoir lieu lors de la fracturation, de l’extraction, du convoyage et du traitement. Toute la chaine est concernée.

Les plus lourds grains de poussière (> à 100 µ), visibles à l’oeil nu, sédimentent très rapidement, ils ne sont pas réellement polluants, ni dangereux pour la santé.

Les grains moyens (de 10 à 100 µ) sédimentent lentement. Ils ne sont pas inhalables, mais rendent le travail manuel pénible à proximité du lieu d’émission (pénétration dans les yeux et au niveau supérieur des voies respiratoires). Ces poussières peuvent provoquer une pollution des zones environnantes, en présence de courants d’air et de vents.

Quant aux poussières fines ou ultra fines invisibles, (de 0,01 à 1 µ) elles restent en suspension dans l’air ambiant. Il n’est pas rare d’en retrouver à des distances dépassant plusieurs kilomètres, suivant la vitesse des vents. Elles sont inhalables, et peuvent pénétrer dans les parties profondes des voies respiratoires sans être évacuées par l’organisme.

Il a été largement démontré qu’une goutte d’eau de grand diamètre (1 à 5mm) traversant un nuage de poussières ne peut en aucun cas prétendre à une quelconque efficacité. L’aspersion ne sera donc d’aucune utilité. En effet, une grosse goutte, en se déplaçant à grande vitesse, provoque de par sa masse un déplacement d’air dans son environnement immédiat. Ce déplacement d’air violent repousse et éloigne les poussières fines très légères à traiter.

A l’inverse, une micro goutte brumisée, de dimension approximativement semblable à celle d’une particule de poussière, se déplacera à la même vitesse que celle ci. Le contact entre la micro goutte et la particule de poussière peut donc être établi. De plus, si la densité des micro-gouttes dans un nuage de brouillard est proche de celle d’un nuage de poussières, la chance d’obtenir un contact entre les deux masses est extrême. C’est tout le principe de l’abattage de la poussière par brumisation.
En général, il est préférable de fixer la poussière localement par des points d’humidification voire de l’arrosage mais parfois cela n’est pas applicable.

Brumalis propose la solution avec plusieurs produits dans deux gammes Elephant et Girafe. Ces brumisateurs créent un véritable brouillard artificiel qui permet de fixer les poussières résultant par exemple du convoyage du minerai, et d’éviter leur dissémination dans l’environnement.

Couvrant des surfaces jusqu’à plus de 10 000m² avec un seul canon, le traitement de grandes zones est très facile.

 

 

,

Un commentaire

Conseil Travaux : une scie à matériaux sans poussière

L’utilisation d’une scie à matériaux dans un lieu confiné ou dans une pièce habitée n’est pas chose aisée. L’air devient très vite irrespirable, la découpe n’est pas nette car la visibilité est très réduite et la poussière se dépose partout.

L’astuce de notre ami artisan est très simple et s’inspire des scies à carrelage dont la lame trempe dans un bac d’eau. Il suffit de remplir une bouteille d’eau en plastique, d’en percer le bouchon et pendant que l’on fait la découpe, un collègue fait couler un filet d’eau sur la base de la découpe.

La poussière disparaît instantanément. Et autre avantage, la découpe reste visible, donc nette, et le travail propre sans poussière.

Prévoir quand même de quoi récupérer l’eau chargée de poussière sous la découpe, faute de quoi vous risquez d’inonder le sol et de voir s’insinuer la poussière de ciment dans les moindres recoins où elle pourrait reprendre en bloc…

,

Pas de commentaire

Poussière d’artiste…

Et si, une fois coutume, nous parlions de la poussière comme un sujet artistique, et non comme cette ennemie qui nous incommode au quotidien ? En tout cas, ces photos trouvées sur le site de l’ébéniste normand Christian Cognard nous y incitent.
Pleines de la poésie simple, bercée de souvenirs d’enfance, quand nous furetions dans l’atelier de nos grands-pères toujours prêts à tourner, poncer, graver une pièce de bois. Et telles la madeleine de Proust, des  réminiscences de l’odeur si agréable du bois travaillé…

 

,

Pas de commentaire