Archive pour septembre 2013

Conseil anti-poussière #3 : nettoyer l’air aussi

Quand vous passez l’aspirateur avec la brosse à tapis, cela agite la poussière, notamment quand elle est incrustée dans des fibres. Une bonne partie est aspirée mais le reste est mis en suspension… C’est aussi le cas avec l’air pulsé en sortie d’apiration. Elle contient toujours une part de saleté qui n’a pas été bloquée par le filtre.
Une fois en l’air, cette poussière finit par retomber, sur les surfaces que vous venez de nettoyer.

climatiseurSi votre maison est équipée d’un système de conditionnement d’air, il y a un moyen simple de se débarasser de cette poussière aérienne avant qu’elle ne se redépose. Mettez votre conditionneur d’air en position ventilateur : cela va activer l’aspiration qui va renouveller l’air et le filtrer sans chauffer ni refroidir. En le laissant tourner pendant un quart d’heure après avoir passer l’aspirateur, vous débarrasserez l’air de toute la poussière en suspension. N’oubliez pas de le remettre en mode « marche normale ». En effet, les conditionneurs ne sont pas prévus pour fonctionner en mode ventilateur de façon prolongée et vous risqueriez de le détériorer.

Nettoyer l’air intérieur permet de compléter  un ménage soigneux

,

Pas de commentaire

Sniffer la poussière pour éviter les allergies

En ce qui concerne les allergies, le monde médical semble régulièrement divisé mais il y a un point qui fait consensus:

  • les mécanismes provoquant et entretenant les allergies ne sont pas totalement compris et connus;
  • l’environnement tient une place prépondérante dans la construction de la « carte allergique » surtout au cours des premières années de vie.

Différents laboratoires de par le monde effectuent de nombreuses recherches et l’importance des allergies respiratoires concentre plusieurs travaux. Dans certains cas, les résultats de laboratoire vont à l’encontre des idées préconçues mais ne semble pas si surprenant que ça.

Dans un article de 2006, le docteur Stéphane Guez revient et analyse les résultats de recherche menées sur des souris à l’Université de Californie à San Diego. Le protocole de test a amené des populations de souris a être mise en présence régulière de petites doses de poussière de maison (vaccination intra-nasale quotidienne), tandis qu’une seconde a eu droit à de fortes expositions irrégulières (vaccination hebdomadaire) , le groupe témoin n’étant lui pas mis en contact avec la poussière.

Les résultats démontrent clairement une différence de réaction immunitaire :

  • Le premier groupe (exposition quotidienne faible) développe une tolérance vis-à-vis des allergènes et ne présente dans la durée aucun signe d’allergie.
  • Le second présente des réponses Th2, ou dit autrement présente des crises allergiques, parfois violentes.

Selon le Dr Guez, ce travail réhabilite les approches de désensibilisation associant poussières de maison et acariens, fort décriées dans le cadre d’un courant récent chez les allergologues qui les considéraient pour ringardes.

Sniffer poussiereCe travail démontre que cette poussière, du moins sur le plan fondamental, a bien une influence sur le développement du système immunitaire et selon la nature du contact, chronique ou non, va favoriser une tolérance ou au contraire, faciliter le développement de l’allergie et de l’hyper réactivité bronchique aux pneumallergènes communs de l’environnement.
Comme pour les bactéries dans les fromages (un excès de pasteurisation favorise l’abaissement des défenses immunitaires humaines), une hyper hygiène domestique peut tendre à favoriser un terrain allergique. L’influence de l’environnement peut prendre des aspects surprenants et les polluants banaux ont indubitablement un rôle à jouer dans la construction des défenses immunitaires, rôle qui mérite d’être précisé chez l’homme.

Pour reprendre un adage chinois : tout est dans tout en petite quantité, seul l’excès est dangereux !

, ,

Pas de commentaire

Belgique : les chantiers en milieu hospitalier sous surveillance

Nous avons publié (voir ici) il y a quelques mois des photos prises à l’hôpital d’Alençon, Orne durant des travaux importants (rénovation et extension).
Chez nos voisins belges, l’avis CSS 8580 définit très précisément les procédures à mettre en œuvre en milieu hospitalier et cela semble assez éloigné des pratiques constatées en France. Jugez plutôt quant aux spécifications des cloisons de confinement anti-poussière :CSS-belgique

1/ But de la cloison de confinement
Elle a pour but d’isoler le chantier du reste du bâtiment et ainsi éviter la propagation de la
poussière dans les zones jouxtant le chantier. La pose d’une cloison sera décidée en
fonction de la matrice de risques.
2/ Caractéristiques des cloisons

  • La cloison doit être rigide, résistante aux coups, hermétique aux poussières et étanche à l’air.
  • La cloison sera recouverte, coté chantier d’une bâche plastifiée partant du sol et allant jusqu’au plafond. Elle sera fixée au sol, au plafond et sur les côtés. Tous les joints seront colmatés de part et d’autre de la cloison, (joints : entre sol et plaques, plaques et plafond et entre les différentes plaques) de manière à les rendre étanches à la poussière.
  • Si l’étanchéité de la jonction avec le plafond (ou celle du plafond lui-même) ne peut être garantie; le plafond sera doublé par une bâche suivant le même principe que la cloison.
  • Si le faux plafond et/ou le faux plancher doivent être ouverts, il est impératif que la cloison recouvre le tout en ce compris autour des gaines techniques.
  • Les cloisons devront être préparées de préférence en dehors des locaux opérationnels afin d’éviter toute émission de poussières dans ceux-ci.
  • Le montage et le démontage ne peuvent produire que très peu de poussières.
  • Son intégrité physique devra être régulièrement contrôlée durant le chantier (en fonction de l’avancement des travaux).
  • La ou les portes non utilisées pour le chantier seront condamnées durant le chantier et colmatées des deux côtés.
3. Particularité : la cloison avec porte(s) de chantier
  • Comme pour le point précédent, la cloison devra être contrôlée avant le démarrage du chantier par l’EOHH.
  • Son intégrité physique devra être régulièrement contrôlée (en fonction de la nature du chantier, de la production de poussières, de l’avancement des travaux, etc.) car des trous peuvent apparaître suite à des coups et elle perd, de ce fait, son étanchéité. Tout orifice sera adéquatement colmaté.
  • La porte donnant accès au chantier doit impérativement être fermée au moyen d’un ferme-porte durant la réalisation des travaux,afin d’éviter toute dispersion de poussière.
  • Un tapis sera posé devant la porte côté extérieur du chantier pour éviter la dispersion de poussière par les pieds. Ce tapis doit être nettoyé au minimum une fois par jour et systématiquement en cas de saturation.
  • La porte doit être ouverte le moins souvent possible car il existe un risque non négligeable de dispersion des poussières entre autres par les chaussures, l’air, etc.
4/ Remarques complémentaires concernant le confinement de chantier
Le degré de confinement de chantier tiendra compte de la matrice de risques. Selon le cas, il sera nécessaire de créer un sas étanche à la poussière à l’entrée du chantier. Divers autres éléments devront être pris en considération :
  • maintenir fermées les fenêtres des locaux limitrophes y compris aux niveaux inférieur et supérieur ;
  • arrêter la ventilation des locaux de chantier pour éviter l’encrassement des conduits et des filtres. Dans les cas extrêmes le chantier pourra être mis en dépression et le placement de filtres HEPA (High Efficiency Particulate Air) sera envisagé dans les zones à haut risque.

CSS-belgique-2.jpgNous avons évoqué sur ce blog différents produits se présentant comme des solutions de confinement anti-poussière. A la lecture de cet avis, ils nous semblent fort éloignés des exigences appliquées par la ministère de la santé belge. Il est d’ailleurs surprenant qu’aucune norme ou mesures ne soient appliquées en ce domaine.

, , ,

Pas de commentaire

Au fait, c’est quoi la poussière de maison ?

poussiere de maisonLa poussière de maison commune est le polluant le plus visible de nos intérieurs. Elle est composé d’éléments d’origine et de taille variées. La poussière contient normalement des éclats de peau, des fibres textiles comme les peluches, des poils d’origine humaine et animale, des traces végétales comme du pollen. Elle contient également des fragments de sol en décomposition, des morceaux d’insectes et des débris alimentaires. Il peut également inclure la suie et des particules provenant de la cuisson, du tabagisme et de la circulation de véhicules de plein air. Et, plus inquiétant, on peut y trouver des métaux lourds comme le plomb et l’arsenic ainsi que des pesticides comme le DDT, comme de nombreux tests en laboratoire l’ont démontré.

L’exécution de travaux à proximité et, a fortiori, à l’intérieur d’une maison engendre un surcroit de poussière sous forme de débris, poudres de matériaux mais aussi un apport de résidus métalliques respirables en cas de travaux de plomberie avec soudure par exemple.

La poussière de maison contient également des acariens microscopiques, minuscules parasites ressemblant à des insectes qui se nourrissent de la mort des cellules de la peau. Elles ne mordent pas ni ne s’enfouissent dans notre corps, mais ils sont l’un des allergènes les plus communs, et ils peuvent déclencher des réactions allergiques et l’asthme chez beaucoup de gens. Des centaines de milliers d’acariens de la poussière peuvent vivre dans la literie, matelas, meubles rembourrés, tapis ou les rideaux de votre maison. Les allergènes nuisibles qu’ils créent, sont constitués de leurs boulettes fécales et des fragments de leur corps. Les acariens sont pratiquement partout. Environ quatre maisons sur cinq aux États-Unis ont des niveaux détectables d’allergènes d’acariens dans au moins un lit.

poussiere_dysonLes particules de poussière de vingt microns et au delà ont tendance à se poser sur les meubles ou le sol. Ces particules s’accumule au fil du temps et peuvent entraîner des réactions allergiques. Les particules de poussière de moins de 20 microns sont beaucoup plus fines et ont tendance à flotter dans l’air. Ce sont elles qu’on voit danser dans les rais de lumière. Cela entraîne un risque plus grand pour ceux qui ont des maladies respiratoires chroniques comme l’asthme et l’emphysème, parce que les particules sont constamment inhalés jusque dans les alvéoles pulmonaires.

Le saviez vous ? Une maison de 140m2 génère 20 kilos de poussière par an !!

 

,

Pas de commentaire

Conseil anti-poussière #2 : changer votre literie toute les semaines

literieQui l’eut cru ? votre lit si douillet est un important « distributeur » de poussière. Et cette poussière va multiplier les moutons si vous n’y prenez garde. En effet, votre linge de lit récupère les fragments de peau morte (on perd près de 50 millions de fragments microscopiques, les squames, toutes les nuits), perd des fibres et se couvre de la poussière en suspension. A chaque fois que vous vous couchez, tout cela se retrouve mis en suspension, propulsé dans la pièce.
Pour minimiser les nuisances, laver les draps et les taies toutes les semaines. Tout ce qui ne peut pas être lavé dans votre machine n’a pas besoin d’être amené au pressing toutes literie-2les semaines – mais emportez régulièrement couettes ou couvertures à l’extérieur pour les secouer énergiquement. On peut aussi battre les oreillers pour en extraire la poussière mais rien ne vaut un bon passage en machine.

N’hésitez pas à changer hebdomadairement vos parures, votre chambre à coucher en sera plus agréable !

,

Pas de commentaire

Conseil anti-poussière #1 : Organiser vos placards

placardLes placards sont un véritable nid à poussière, remplis de minuscules fibres provenant des vêtements, des serviettes, du linge de maison. A chaque fois que vous ouvrez la porte, vous déclenchez une tornade propageant ces fibres dans la pièce. On ne peut pas empêcher les tissus de perdre des fibres mais on peut faciliter le nettoyage des placards, ce qui diminuera grandement la poussière.

 

closet + boxesPensez boites et housses !!
Des boites en plastique transparents sont idéales. Elles contiennent les fibres à l’intérieur et la poussière à l’extérieur tout en permettant de voir ce qu’il y a dedans. Quand vous faites le ménage, il est facile de les retirer pour bien nettoyer les étagères.

housseVos vêtements d’hiver ?
Même sans être portés, ils dispersent des fibres toute l’année; idéalement, mettez-les dans des housses ou à défaut de grands sacs-poubelles fermés. Quand viendra l’hiver, vous les trouverez à l’abri de la poussière ambiante. Pensez alors à ouvrir les housses et sacs avec précaution puis à y passer l’aspirateur.

Enfin, garder le sol des placards dégagé. Si le sol est encombré, il y a de grandes chances que vous n’y passiez pas l’aspirateur de façon méticuleuse et que les moutons s’installent. Cela ne vous prendra que quelques secondes pour nettoyer le sol de votre étagèreplacard si il est exempt de bazar. Si vous installez une étagère grillagée pour poser vos chaussures, la poussière du dehors tombera au sol et y sera aspirée régulièrement plutot que de stagnez et se mettre en suspension à la première occasion

 

Des placards propres, c’est déjà des chambres plus saines.

,

Pas de commentaire

Extreme Makeover : des moisissures dangereuses !

Extreme makeover

Le moins que l’on puisse dire est que dans « Extreme Makover : Home Edition », il y a de la poussière. Mais parfois, cela dépasse le cadre du simple chantier.
Dans l’épisode 12 de la saison 1, l’équipe de Ty Pennington vient au secours de la famille Powell à Arleta en Californie. La maison familiale est littéralement envahie par la moisissure. Et Kennan, le fils cadet de la maman Carrie souffre d’une sensibilité pulmonaire chronique, génératrices d’allergies chroniques à la poussière et … aux moisissures. Cela pouvant être mortel pour Kennan, Ty fait appel à des spécialistes : il ne s’agit pas d’aspergillus, mais de Stachybotris (« black mold » en anglais). Aussitôt identifiée, la zone est évacuée et les issues confinées pendant l’intervention des experts en décontamination. Il est hors de question que des spore ou de la poussière de ce champignon toxique puisse subsister sur le chantier dont l’objectif est de faire place nette pour Kennan.

Ty pennington

Ty Pennington

Le jeune homme est une sorte de miraculé car les médecins ne lui donnaient à la naissance qu’un an à vivre avec sa maladie. Mais aujourd’hui, a 16 ans, il prouve en étant un joueur de basket couvert de trophée que la vie n’est pas toute tracée.
Le savoir vivre dans une maison infestée par cette moisissure est effrayant : hautement toxique, inhaler sa poussière ou l’ingérer peut créer différents problèmes graves tels que des troubles sur systèmes nerveux, notamment visuels et neuronaux, des problèmes respiratoires, circulatoires ou encore dermatologiques.
Inutile de dire que la menace a été prise très au sérieux et que la nouvelle maison de style marocain qui accueille la famille Powell à la fin de l’épisode est propre, saine, totalement dépourvue de moisissures.

Dans un prochain post, nous nous donnerons quelques conseils pour éradiquer la moisissure noire si elle se développe chez vous. A bientôt.

,

Pas de commentaire

Allergie à la poussière ? 7 bons conseils pour en finir à la maison

7_conseilsPlus de 90% de la poussière usuelle (hors travaux) dans une maisonnée provient des personnes et des tissus. Morceaux de peau morte, fibres quasi invisibles qui flottent dans le plus léger courant d’air et s’installe sur n’importe quelle surface. Dans un emplacement à l’abri des courants d’air, ces particules se déposent et restent en place. Ailleurs, elles passent leur temps à se déplacer au gré des ouvertures de portes et des déplacements des occupants. Combattre la poussière est une bataille sans fin qu’on ne peut gagner, mais vous pouvez contribuer à la limiter fortement afin d’éviter les crises d’allergies.

Dans les semaines à venir et en parallèle de nos différents astuces, vous trouverez ici 7 conseils précieux permettant de combattre efficacement cet ennemie sournoise.
Bientôt une page dédiée reprendra ces différents posts afin de vous permettre de les avoir toujours à portée de main.

Un commentaire

Abattage de poussières industrielles : la solution Microniser

Après avoir présenté Brumalis (voir notre post sur la fixation de poussière par brumisation), c’est avec la société belge Vangeel Elect. que nous poursuivons notre panorama des solutions proposées à l’industrie pour faire face à la diffusion massive de poussière.

microniser 4Le procédé proposé est la micronisation : il s’agit de créer de très fines gouttelettes d’eau d’environ 20 microns de diamètre au moyen de la force centrifuge au moyen d’un atomiseur rotatif. Une cage cylindrique grillagée tournant à haute vitesse fractionne l’eau et la pulvérise.
Les utilisations sont multiples, depuis l’humidification d’air au  le refroidissement et passant par l’atténuation des odeurs et l’abattage de poussière en milieu industriel.

Pour l‘abattage, Microniser crée une micronisation superficielle d’eau qui conjugue trois actions simultanées :

  1. Alourdir et agglutiner les particules en les humidifiant.
  2. Créer un  »couvercle » au dessus de la source de poussière : l’eau pulvérisée capte l’énergie nécessaire à son évaporation dans l’air ambiant et provoque ainsi un refroidissement de l’air. Ce refroidissement local, de quelques degrés (2-3° C), de l’air à la hauteur des têtes de pulvérisation (3 à 7 m), combiné au mouvement de chute des gouttelettes en processus d’évaporation, génère un couvercle d’air froid qui empêche les poussières de s’élever du sol.
  3. Diminuer la résistivité de l’air et ses charges électrostatiques. A cause de l’électricité statique, les poussières se repoussent les unes les autres et ont tendance à rester en suspension dans l’air. Augmenter l’humidité relative provoque une diminution de la résistivité de l’air et par conséquent diminue les charges électrostatiques des particules de poussière.

Selon le constructeur, le procédé Microniser peut s’appliquer dans des hangars, des halls semi-clos ou sur des sites extérieurs.Finesse et uniformité des gouttelettes permettent une plus grande efficacité de l’abattage avec une consommation énergétique réduite, directement à partir de l’eau de ville.
Les quelques photos illustrant le produit sont plutôt convaincantes.

microniser 2 microniser 1microniser 3

, ,

Pas de commentaire

MINI dépoussiére la publicité !

C’est ce qu’a fait l’agence de pub californienne BSSP pour mettre MINI au coeur de la campagne « et si, cette année, on commençait un grand nettoyage de printemps dans votre garage ? ». L’artiste qui n’a pas peur de se salir a réalisé cette œuvre éphémère sur un camion particulièrement crasseux et poussiéreux.
Mini-reverse-graffiti_1Mini-reverse-graffiti 2Au delà de l’esthétique plutôt réussie, le support a interpelé les passants. Cette technique de dessin baptisée « reverse graffiti » dépoussière efficacement les codes éculés de la publicité automobile.

Mini-reverse-graffiti_3

 

 

,

Pas de commentaire

Astuce anti-poussière : percer sans poussière

Dans la série de nos astuces pour combattre la poussière, nous poursuivons avec un petit truc tout simple pour récupérer un maximum de poussière quand vous percer un mur, par exemple.

Pour cela, récupérez une vieille balle de tennis (vieille car elle sera plus molle et donc plus facile à couper). Coupez la en deux hémisphères à l’aide d’un cutter ou d’un couteau (attention les doigts, ça peut ripper). Percez ensuite une de ces deux moitiés en plein milieu avec le foret de la perceuse puis enfichez la demi-balle sur le foret, la partie creuse vers le mur.tennis perceusePendant le perçage, la poussière s’accumulera dans la moitié de balle. À défaut de balle de tennis, un pot de yaourt peut être utiliser mais l’intérêt de la balle est le caoutchouc s’agrippe au forêt et reste bien en place.
Encore un truc tout bête qui nous simplifie la vie 🙂

Pas de commentaire

Poussière de Lune : une priorité pour la NASA

Nous avons évoqué à plusieurs reprises récemment la question de la poussière dans l’Univers:

Ladee_minotaurPour la NASA, ce sujet reste une préoccupation majeur comme en témoigne le lancement le 6 septembre dernier d’un module d’exploration et d’analyse, propulsé par un lanceur Minotaur, énorme missile intercontinental reconverti en taxi pour l’espace. Cette sonde baptisée LADEE pour Lunar Atmosphere and Dust Environment Explorer doit réaliser différentes analyses du sol lunaire mais l’objectif est bel et bien de comprendre davantage les propriétés de sa poussière qu’on retrouve sur différents autres astres de notre systèmes solaire tel que Mercure, de grands astéroïdes ou les lunes d’autres planètes.

Après s’être séparée du dernier étage du propulseur Minotaur V 20 minutes après le décollage, la sonde devrait rejoindre son orbite péri-lunaire dans un mois. La sonde LADEE a la taille d’une petite voiture et pèse 383 kilos dont 135 kg de carburant, elle est doté de trois instruments scientifiques dont deux spectromètres. Elle doit récolter des données détaillées sur la structure et la composition chimique de l’atmosphère lunaire notamment la nature et la densité des grains en suspension, qu’on pense être à l’origine de phénomènes lumineux à la surface lunaire.

LADEE restera d’abord 40 jours très haut au-dessus de la surface lunaire pour effectuer une série de tests. Elle utilisera notamment une nouvelle technologie laser de transmission aussi puissante que celle des réseaux de fibres optiques terrestres. Ensuite elle entamera sa mission d’étude scientifique de l’atmosphère lunaire durant 100 jours.

Cette étude de l’atmosphère lunaire donne lieu à controverse y compris au sein de la NASA où certains pensent que la priorité devrait être l’analyse de la poussière. Toutefois, l’annonce par Pékin d’un programme visant à alunir rend cette étude urgente. En effet, un module se posant en surface pourrait perturber durablement l’équilibre des gaz et des particules. Cet état de fait a pesé pour définir le programme de travail.

,

2 commentaires