Archive pour novembre 2014

La poussière au centre d’un Clochemerle canadien

Nous connaissons en France de temps en temps des épisodes de pluies chargées de poussière en provenance du désert saharien. Du coté de Limoulou, quartier portuaire de Québec, le problème semble désormais fréquent et sa source prend un tour politique. Au cœur du débat, un projet de loi qui donnerait encore plus de liberté aux entreprises gérant l’activité portuaire malgré des entorses régulières relevées par les riverains. En particulier, l’activité lié à l’exploitation du nickel engendre des niveaux d’empoussièrement de l’air régulièrement supérieure aux normes. Cela se traduit par des chutes de poussière rougeâtre sur l’ensemble du quartier, souillant véhicules, bâtiments, végétations…

Poussière rouge nickel canada politique santé

Le sujet fait débat jusqu’à la Chambre des Communes quant à la modification de la loi maritime canadienne : « En récompensant ainsi une industrie délinquante par des pouvoirs accrus, j’aimerais que vous vous questionniez sur le message que vous envoyez ainsi à des milliers d’hommes, de femmes, et d’enfants qui vivent à proximité des installations portuaires et qui n’ont pas les mêmes moyens que cette industrie de faire valoir devant vous leurs arguments », a témoigné Véronique Lalande, du regroupement citoyen Vigilance Port de Québec, devant les députés du comité sur la situation vécue à Québec.

Elle demande d’ailleurs à Ottawa de reconsidérer son projet de loi C-43, projet qui donnerait à l’administration portuaire de Québec davantage de pouvoir. Mme Lalande a rappelé que les poussières de nickel dans l’air sont toujours au-dessus des normes de santé publique. Les opposants dénoncent des modifications, qui, selon eux, permettraient aux autorités portuaires de disposer elles-mêmes de biens fédéraux, comme des immeubles ou des terrains, sur leurs territoires, alors qu’ils sont présentement sous la responsabilité du gouvernement.

Ce qui inquiète surtout le Nouveau Parti démocratique, c’est le fait que le projet de loi comporte des dispositions qui permettraient aux entreprises situées sur les terrains des ports de se soustraire à certains règlements municipaux et lois provinciales. « Il y a toute une voie réglementaire que le gouvernement veut obtenir », explique Raymond Côté, le député de Beauport-Limoilou, qui craint les débordements

« Tel que c’est présenté dans le projet de loi, on ne sait pas jusqu’où ça pourrait déraper, ajoute le député néo-démocrate. Est-ce qu’il y aurait des régimes différents d’une administration portuaire à une autre? »

Pas de commentaire