Contrefaçons : des sociétés chinoises condamnées


copie-fauxNous évoquions en début d’année dans l’article « Halte aux contrefaçons« , la prise de position de Fédération Française du Bâtiment contre ce fléau. Principal pourvoyeur de copies potentiellement dangereuses, la Chine n’est pas la seule dans le collimateur car l’Inde et le moyen-Orient sont mis en cause également. Mais l’Empire du Milieu est bien le champion dans ce domaine.
Le préjudice direct est évalué de l’ordre du milliard d’euros rien que pour le matériel électrique basse-tension. Selon certains, le poids total est l’ordre de 30 voire 55Mds euros. Mais au-delà, la perte de chiffres d’affaire, la fragilisation des marges des industriels pèsent sur les capacités d’innovation, la croissance et évidemment l’emploi.
Tous les produits sont concernés y compris les matériaux pondéreux a priori moins intéressants pour les contrefacteurs du fait des coûts de transports. Inutile de dire qu’on ne sait ce qu’on peut retrouver dans les poussières de plaque de plâtre contrefaites.

Désormais assisté d’un conseiller spécialisé dans les réglementations, la FFB et ses adhérents n’hésitent plus à intenter des actions juridiques. Et manifestement, les autorités chinoises sont décidées à coopérer. les sociétés Grohe (robinetterie), JCB (pelleteuses), Legrand ou Schneider-Electric (matériels électriques) et d’autres n’hésitent plus à des coups de mains dans les régions chinoises fautives et obtiennent gain de causes auprès des tribunaux locaux (dont on connaissait pourtant il y a quelques années l’interprétation surprenante du droit en propriété intellectuelle).

port shanghai« Une fois de plus, une bonne coopération avec les autorités judiciaires locales fut prépondérante dans le succès contre les faussaires », explique un porte-parole de Grohe. Et plusieurs raids contre les fabricants violant les droits intellectuels ont permis d’engager de nombreuses poursuites en justice dans la région de Ningbo.»

Cela reste des coups d’éclats isolés car il semble difficile de contrôler un pays dont la production génère, pour le seul port de Shanghai, 350 départs de container toutes les 30 secondes…

 

, , , ,

  1. Pas encore de commentaire.
(ne sera pas publié)