La Fédération des artisans du Bâtiment en colère


« En dépit de nos avertissements, les Pouvoirs publics ont mis le secteur du bâtiment à genoux tout en nous faisant de belles promesses. Si nos menuisiers fabriquaient des langues de bois, l’activité serait relancée ! Le 18 janvier, nous mettrons les autorités face à leurs contradictions. » explique Patrick Liébus, Président de la CAPEB.

C’est ainsi que débute le communiqué de presse de la CAPEB, principale fédération professionnelle des artisans du Bâtiment. Elle y dénonce différentes mesures (ou absences de mesures) qui auraient, selon eux, tiré le secteur vers le bas selon eux en 2012, se traduisant par un recul de l’activité. Recul encore plus marqué prévu pour 2013 selon la fédération, bien loin des objectifs gouvernement visant à favoriser la rénovation notamment.

La Capeb profite de son communiqué pour afficher quelques propositions (assez vagues pour certaines) permettant de maintenir l’activité.

Pour ma part, il me semble qu’améliorer la qualité même des prestations est une nécessité pour que la profession sorte par le haut. Marre des artisans gougnafiers qui ne font pas attention et laisse les lieux dans un état sous prétexte, comme nous l’avons entendu « un chantier, c’est un chantier, ça fait de la poussière. Si vous voulez pas de poussière, faut pas faire de travaux… » Imparable mais peu « customer oriented(*) » comme on dit aujourd’hui dans les écoles de Marketing.

Retrouvez le commuiqué de presse et  l’article sur le site de la CAPEB ici.

(*) « orienté client »

 

, ,

  1. Pas encore de commentaire.
(ne sera pas publié)