La poussière selon la réglementation française


Le code du travail s’intéresse à la poussière dans les articles R4222-1 et suivants. Notamment, l’article R4422-3 précise les définitions des poussières totales et alvéolaires (voir plus loin).
Le législateur distingue également deux types de sources de pollution aérienne : non spécifique et spécifique :

  • Locaux à pollution non spécifique, les locaux da ns lesquels la pollution est liée à la seule présence humaine, à l’exception des locaux sanitaires ;
  • Locaux à pollution spécifique, les locaux dans l esquels des substances dangereuses ou gênantes sont émises sous forme de gaz, vapeurs, aérosols solides ou liquides autres que celles qui sont liées à la seule présence humaine ainsi que locaux pouvant contenir des sources de micro-organismes potentiellement pathogènes et locaux sanitaires ;

Données générales

Les poussières sont de très fines particules solides qui restent en suspension dans l’air et dont le niveau de pénétration dans l’organisme, par voie pulmonaire, dépend de leur taille.

PENETRATION DES POUSSIERES
TAILLE DES POUSSIERES EFFETS
De 10 à 100 microns Aussi appelées « poussières totales », ces poussières sont retenues au niveau des fosses nasales.
De 5 à 10 microns Poussières qui pénètrent dans la trachée, les bronches puis les bronchioles. Elles peuvent être crachées ou avalées dans l’œsophage ; mais si l’empoussiérage est trop élevé, elles iront jusqu’aux alvéoles.
0.5 micron Poussières très fines qui se déposent sur les alvéoles pulmonaires. En dessous de 0,5 micron les poussières se comportent comme un gaz dans l’organisme et suivent donc la ventilation pulmonaire.

Les poussières d’origine minérale (silice, amiante, fer, zinc, cobalt, étain…), végétale (bagasse, coton, céréales, farine…) ou même animale (déjections des poules, pigeons, perruches…) :

  •  Sont sources d’expositions très nombreuses et variées en milieu professionnel.
  •  Peuvent provenir directement des matières premières utilisées (sous forme de poudres notamment) et sont alors libérées lors de leur production, leur transport, leur stockage ou leur mise en œuvre (extraction, concassage de minerais, fabrication de farine, fabrication et utilisation de matières plastiques…).
  •  Sont aussi produites lors de la transformation de produits manufacturés finis ou semi-finis (usinage de métaux, sciage, ponçage, meulage de bois ou matériaux synthétiques, broyage de déchets…) ou lors d’opération de démolition ou de nettoyage.

, ,

  1. #1 by jean artaud on 23 février 2013 - 12 h 11 min

    il y a dans le site http://www.officiel-prevention.com des dossiers pédagogiques traitant des risques des poussiiéres, notamment :
    . La prévention et le contrôle de l’empoussièrement : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/ventilation-aeration-filtrage-et-appareils-de-controle-d_atmosphere/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=70&dossid=243 ,
    . La prévention des risques professionnels des fibres : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/risque-chimique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=69&dossid=367 ,
    et pour de nombreuses industries avec des fiches métier sur les cimenteries, les industries extractives, textiles,sucrières, les minoteries etc…

  2. #2 by jean-charles on 11 novembre 2016 - 10 h 07 min

    – Et les poussières entre 5 et 0.5 µm dans le tableau ci-dessus ?

    _ Que signifie la distinction entre :
    « diamètre géométrique » inférieur à 0.1µm (nano particules)
    et
    « diamètre aérodynamique (équivalent) » inférieur à 2.5 µm ?
    (lu dans INRS)

    mreci par avance

(ne sera pas publié)