Peinture au plomb : alerte aux poussières


Un ami, expert dans le bâtiment,  avec qui je déjeunais hier attirait mon attention sur un problème pas assez connu du grand public. Les peintures au plomb.

Evidemment, tout le monde se dit : « oui, je connais le problème mais les peintures au plomb sont interdites,d’ailleurs,on n’en trouve plus nulle part. Je ne crains plus rien maintenant. »

Erreur !

Malgré une interdiction en France datant de 1948 (suivant des premiers avis sans grand effet datant de 1926 et … 1909), l’usage de ces peintures n’a réellement diminué que vers 1974. On les trouvera même en vente libre jusqu’en 1993 et on pense que certains professionnels ont écoulé leurs stocks jusqu’à la fin des années 90.
Un collectif formé par l’EHSEP (Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique), le CSTB (Centre Scitentifique et Technique du Bâtiment) et l’IRSET (Institut de Recherche sur la Santé, l’Environnement et le Travail) estime dans une étude publiée en juin 2012 que près de 880.000 logements en France sont fortement dans la phase de dégradation et donc  à mettre en vigilance, sans parler des lieux accueillant du public (notamment les enfants particulièrement exposés aux méfaits violents du plomb tels que crèches, écoles, hôpitaux, centres de loisirs, colonies de vacances,…). Autant dire que nous sommes très nombreux concernées dès lors

Et le problème ne réside pas spécialement dans l’application des peintures mais il survient insidieusement ensuite.
En effet, en vieillissant, la peinture ou le revêtement peint se fatigue, et commence de se désagréger. La peinture peut s’écailler, tomber en poussière. Une fois dégradée, la peinture est doublement dangereuse :

  • Par injection : les écailles tombées au sol ou prélevées sur un mur peuvent être ingérées par des enfants ou des animaux domestiques. D’autant plus qu’elles présentent semble-t’il un goût sucré très attrayant.
  • Par inhalation : les poussières assez fines pour être mises en suspension, ou les résidus de combustion de peinture peuvent être présentes de façon importante.

Les dangers du plomb sont importants :

  • pour les enfants

-  Ils sont exposés en raison de leur comportement :
ingestion d’écailles de peinture contaminées, de poussières riches en plomb ou d’objets en plomb.

-  Ils sont particulièrement sensibles à cette intoxication :
ils absorbent mieux le plomb, surtout s’ils sont mal nourris, anémiés ou ont une carence en vitamine D ; le plomb passe mieux la barrière hémato-encéphalique ; le risque d’atteinte neurologique grave est beaucoup plus élevé sur un système nerveux central en plein développement ; les enfants éliminent moins bien le plomb.

  • Pour les femmes enceintes, fœtus, nouveau-nés

La grossesse et l’allaitement favorisent le relargage dans la circulation du plomb stocké dans les os de la mère ; le plomb passe bien le placenta ; la résorption du plomb par la mère est augmentée pendant la grossesse (jusqu’à70% du plomb ingéré au lieu de 20% en dehors de la grossesse) ; le plomb passe dans le lait maternel ; le système nerveux central du fœtus et du nouveau-né est en pleine formation.

Plusieurs études prospectives semblent démontrer que l’exposition pré et post-natale au plomb, même à des taux peu élevés, a une influence sur les performances cognitives et comportementales de l’enfant. Il y aurait aussi une perturbation de la croissance.

Pour éviter ces risques, il faut rénover

Là encore, méfiance. Les risque par inhalation sont particulièrement multipliés lors de travaux de rénovation. Les peintres génèrent davantage de poussière ou de fumées lors des phases de décapage (notamment thermique) ou de ponçage. Et en général, les mesures de confinement sont minimes et poussières et fumées se dispersent dans l’ensemble du lieu d’habitation en cours de rénovation.
En effet, malheureusement fort peu de professionnels se soucient de préserver la santé de leurs clients. En effet, l’obligation légale qui leur est faite concerne la sécurité et la santé de leurs salariés et sous-traitants. Et les organismes de Santé Professionnelle se cantonnent dans leurs études et recommandations aux… professionnels. Il est vrai que peu d’équipements de protection collectif sont réellement adaptés et disponibles. Gageons que cette situation évoluera bientôt.

Car, après « Danger Plomb », il serait souhaitable que nous ne lisions pas « Danger Rénovation » !!!!

, , ,

  1. #1 by Jack on 16 janvier 2013 - 9 h 22 min

    Bonjour, la peinture avec du plomb circule encore. malgré les interdictions. j’ai trouvé sur un chantier des bidons vides avec des marquages mentionnant la présence de plomb. C’était écrit en espagnol et en anglais. Les ouvriers m’ont dit que leur patron leur avait demandé de transvaser le contenu dans des bidons de peinture français vides. Pas vu pas pris.
    Jacques

(ne sera pas publié)