Plaques de plâtre et poussière : quelle réalité ?


On entend régulièrement des critiques à l’encontre des panneaux et plaques de plâtre utilisés extensivement dans la construction et l’aménagement intérieur depuis leur développement massif dans les années cinquante.

Quelle est la réalité ?

Voici ce qu’on trouve sur le site de Placo (voir ici, Toutplaco.com) , le leader français des panneaux de plâtre :

  • idée reçue n°1 : la plaque de plâtre provoque des poussières et des mauvaises odeurs :

Les produits et systèmes à base de plaques de plâtre ne rejettent pas de particules dans l’air. En effet, si des mauvaises odeurs proviennent des murs, cela est souvent lié à un problème d’humidité ou à la finition appliquée (peinture, revêtement mural, papier peint…).
Composée de matériaux inertes (carton et gypse) qui ne dégagent pas d’odeur, la plaque de plâtre conçue par Placoplatre® ne dégage, sous l’action de la chaleur, que de la vapeur d’eau non toxique.

  • idée reçue n°2 : la plaque de plâtre est radioactive

Le gypse est un matériau dont la radioactivité naturelle est la plus basse de tous les matériaux de construction minéraux. A ce titre, la radioactivité des plâtres est insignifiante par rapport à la radioactivité naturelle de l’environnement. Un ouvrage en plaque de plâtre ne rejette donc aucune particule nocive dans l’air.

Sur le point 1), la réponse est totalement évasive quant aux poussières. Or, quiconque aura posé ou fait poser des plaques de plâtre a forcément été confronté à la poussière résultant de la découpe.
Sur ce point, on peut lire dans l’Encyclopédie de Santé et Sécurité au Travail Volume III, par Jeanne Mager Stellman  Ed. Bureau International du Travail, Genève que, je cite in extenso,  « la poussière produite lorsqu’on découpe des panneaux, peut provoquer des allergies de contact ou des affections pulmonaires ».

Concernant les odeurs, les fabricants dignes de confiance comme Placo n’ont rien à se reprocher mais il est une réalité que certaines plaques de mauvaise qualité (contenant du soufre) peuvent produire du H2S toxique. C’est le cas avec des produits chinois notamment, largement utilisés dans les années 2000 aux États-Unis au point que les occupants ont été victimes d’émanations de sulfure d’hydrogène (en quantité jusqu’à cent fois supérieure à la normale). Plusieurs milliers de propriétaires sont désormais dans l’obligation de faire remplacer les panneaux incriminés, sous faute de ne pouvoir vendre leur bien (voir ici plus de détails).

Ces cas, malheureusement marginaux causent préjudice à toute la filière malgré les efforts menés par des fabricants fiables.

Concernant la radioactivité, les matériaux gypseux peuvent dégager du radon mais cette émission est effectivement « insignifiante » en comparaison d’autres matériaux (on peut évoquer certains ciments utilisés en Suède à base de schiste alumineux dont les taux de radium 226 était de 15 à 60 fois plus élevé que la moyenne de la croûte terrestre (voir synthèse CSTB).

Au global, et en privilégiant des produits de qualité fabriqués par des organismes dignes de confiance, on peut considérer que les panneaux de plâtre sont un matériau sain et surtout pratique. Les nuisances liés aux découpes doivent être prises en compte par les protections idoines comme tout chantier de construction, aménagement ou rénovation.

,

  1. Pas encore de commentaire.
(ne sera pas publié)