Poussière d’amiante : retrait de dalles de faux plafond


Etudions un cas pratique illustrant les risques liés à la poussière d’amiante.

Un électricien enlève une plaque isolante en amiante (60 cm x 60 cm) dans le plafond d’un bureau (ou d’une usine) pour accéder à des câbles dans le faux plafond. L’enlèvement d’une plaque isolante en amiante doit normalement être effectué par un spécialiste mais les petits travaux, notamment le retrait d’une plaque de plafond qui n’est pas endommagée, peuvent être réalisés par des travailleurs non agréés.

 

Mauvais

L’électricien, juché sur des supports inadaptés et non protégés, place un ciseau sur le bord de la plaque pour l’enlever du plafond. Ce faisant, de la poussière et des particules d’amiante sont libérées dans l’air. Il ne porte pas de protection respiratoire et réalise son travail sans précaution particulière.

Bon

L’électricien porte un équipement respiratoire complet et une combinaison avec capuchon. La zone autour des travaux est entourée d’une feuille de polyéthylène calibre 500 et de ruban adhésif. La plaque est retirée avec le plus grand soin. Un EPC efficace doit protéger la pièce en chantier de celles attenantes.

Le problème

L’amiante était souvent utilisée dans les bâtiments jusqu’au milieu des années 1980 pour la protection incendie et l’isolation. Les matériaux amiantés en bon état sont sûrs, à moins que les fibres d’amiante ne soient aéroportées, ce qui arrive lorsque les matériaux sont endommagés. Le travail sur des matériaux endommagés contenant de l’amiante ou près de ceux-ci, ou le fait de respirer des niveaux élevés de fibres d’amiante augmente les risques de maladies liées à l’amiante. L’amiante peut être présente dans: les produits en amiante-ciment les revêtements texturés le carrelage les revêtements pulvérisés sur les plafonds les plaques isolantes en amiante les revêtements calorifuges

La solution

Recherchez la présence de matériaux contenant de l’amiante; planifiez les travaux pour éviter d’y toucher Toute personne travaillant sur de l’amiante doit être correctement formée Tenez compte des autres risques en plus de l’amiante (par ex. le travail en hauteur) et effectuez la tâche en toute sécurité Utilisez un équipement/des méthodes pour vous assurer que l’exposition à l’amiante est aussi limitée que possible Préparez un plan de travail expliquant en quoi consiste la tâche, les procédures et les mesures de contrôle à utiliser Veillez à disposer de l’équipement adéquat; il doit être propre, en parfait état de fonctionnement et il doit protéger de l’amiante Prenez des dispositions pour la mise au rebut sécurisée des déchets d’amiante

,

  1. #1 by Paul on 8 juillet 2013 - 8 h 24 min

    Les illustrations sont très claires et montrent très bien ce qu’il ne faut pas faire.
    Beaucoup de personnes font ça n’importe comment et prennent des risques en s’exposant aux poussières dans les plafonds.

  2. #2 by Hugo on 17 mars 2016 - 0 h 12 min

    Bonjour,

    Travaillant en Hôtellerie et restauration je suis hébergé dans une pièce dont le lit est surélevé et me trouve à environ 15/20 cm des plaques de faux plafond dont la moitié est usée.
    Sans être informé de la dangerosité de ces dernières, cela fait 3 ans que je suis hébergé dans ce type de logement.
    Auriez-vous l’amabilité de me rendre un service: dites-moi si cette condition nécessite que j’aille faire une visite médicale. Chez quel type de docteur, pour savoir comment dépister tout problème lié à cela , et, si il est possible de s’enquérir auprès d’une personne ou organisme agréé, pour signaler cette situation.
    Il est question de santé.
    Merci d’avance.
    Cordiales salutations.
    Hugo

    • #3 by admin on 17 mars 2016 - 8 h 12 min

      Bonjour Hugo,
      et merci de votre témoignage. Il met en lumière que malgré une réglementation restrictive les efforts des employeurs ne sont pas encore réels pour traiter le problème. Dans votre cas, il semble que même sans être manipulés, des filaments d’amiante peuvent s’échapper des plaques usées par simple brassage d’air ou par choc, filaments et particules que vous pourriez inhaler.
      Réponse en 2 temps :
      1- médicale : le plus simple est de consulter votre médecin traitant, il pourra vous prescrire les examens plus poussés auprès d’un pneumologue spécialisé si un premier contrôle semble l’exiger.
      2- professionnelle : il existe plusieurs organismes s’intéressant à l’amiante, mais dans votre cas, il me semble le plus approprié de faire les choses par étapes graduelles :
      – signaler le problème à votre employeur par courrier remis en main propre contre signature (il ne doit pas pouvoir dire ne jamais avoir été informé…) et, si il en existe un dans votre établissement, au CHSCT (Comité Hygiène, Sécurité, Conditions de Travail) en insistant sur l’obligation de remédier au problème et de trouver une autre forme d’hébergement.
      – si il ne fait rien, il va falloir passer au cran du dessus en faisant un signalement auprès de l’inspection du travail, en y joignant photographies et même un échantillon du matériau dans un petit sachet plastique bien fermé (Courrier recommandé avec AR). L’inspection du travail interviendra forcément mais le délai peut-être imprévisible. N’hésitez pas à vous rendre pour donner plus de poids à votre action.

      Dans tous les cas, faites des photographies, recueillez des témoignages (collègues,…). Cela sera utile si, et je ne vous le souhaite pas, la situation professionnelle ou de santé s’aggravait.
      Bien cordialement,
      Pierre

(ne sera pas publié)