Protection poussière : les hôpitaux à la pointe ?


Si il est un lieu où la sécurité et  la protection des personnes prennent encore plus de sens, c’est bien à l’hôpital. Enfin… « devrait prendre ». Car si des précautions extrêmes sont prises pour éviter les contaminations diverses et autres maladies nosocomiales), il est manifeste que des efforts sont encore à faire en terme de protection lors des travaux de rénovation.

C’est le cas par exemple à Alençon en ce moment où l’hôpital intercommunal est partiellement en travaux. Mais quelle surprise en découvrant que les protections collectives pour empêcher la diffusion des poussières relèvent essentiellement des moyens de fortune. Ces photos prises hier en témoignent :

Inutile de dire que l’alèse roulée au pied de la porte ne protège rien. Les scotchs utilisés sur d’autres portes ne protègent pas davantage et ne donnent pas non plus une très bonne image quant au sérieux de l’entreprise en charge des travaux ni de l’administration hospitalière.
Et in fine, les couloirs et salles du coté « sain » du chantier ne sont pas du tout à l’abri des salissures. Pas plus que les malades.

Nous avons déjà évoqué des produits tels que  Zipwall et ProtectaScreen sur ce blog mais force est de constater que leur approche (délimitation de zone, hauts et bas de films polyane non maintenus) semble assez peu adaptée à fournir une réel protection au niveau de ces portes d’hôpital.

, , ,

  1. #1 by Pierre Lefevre on 26 mai 2013 - 9 h 49 min

    Bonjour, je suis infirmier à Créteil. Et je tourne sur plusieurs CH. J’ai vu la même chose à plusieurs reprises. Le pire, une fois, il yavait de la poussière jusque dans les chambres. Ca avait protégé avec des baches en plastique mais le scotch ne tenait pas. J’ai du passer dans des nuages de poussière de platre pour récupérer ma patiente.

(ne sera pas publié)