Articles contenant le tag Industrie

Batimat 2015 – la décrue ?

Batimat 2015

En novembre 2013, nous jugions démesurée la taille du salon Batimat dans un marché incertain. 2 ans plus tard, les halls de Villepinte semble un peu moins remplis (35% d’exposants en moins selon une source liée à l’organisation) se traduisant dans les halls périphériques 7 et 8 et dans une moindre mesure au 5A par de vastes espaces vides que l’organisation a tenté de masquer par panneaux et bâches.Le gigantisme de certains stands ne se dément pas toutefois. Mais le marché n’en est pas moins incertain sur le Bâtiment avec des indices stables mais bas et des carnets de commandes jugés en deçà de la normale par la plupart des acteurs.
Néanmoins, quand on habite dans une zone résidentiel, il est quand même frappant de voir la vitalité des activités de rénovation/extension, la loi Alur et la simplification des procédures de travaux contribue indéniablement à cette situation. Dans ma rue, ce n’est pas moins de 4 chantiers sur une longueur de 300m. Ici et là, on ajoute un étage, là on procède à une rénovation intégrale, là-bas, on crée une pièce sur ce qui était une terrasse au dessus d’un garage. Dans 2 de ces chantiers, les occupants résident dans la maison. Et pour l’avoir vécu, j’imagine que trop le calvaire de la poussière qui s’incruste partout.

Revenons donc à Batimat car cette année, notre sujet de prédilection n’a pas donné lieu à un quelconque lauréat. Pourtant, il y avait bel et bien une vraie innovation en matière de poussière (et l’affluence sur le stand témoignent que nous n’étions pas les seuls à apprécier le produit en question). En effet, le produit CleanJob que nous évoquions dans notre précédent post nous a carrément bluffé. Si, si !! Et il mérite largement que nous y consacrions un article, c’est le moins que l’on puisse faire 🙂 pour présenter cette nouvelle solution de barrière anti-poussière.
Nous avons déjà évoqué sur ce blog des produits proches Zipwall ou encore ProtectaScreen : on notera que la portion du stand de la société Hillaire (son distributeur) consacré à Zipwall se réduit comme peau de chagrin (2 m de bâches et 4 barres téléscopiques) et ProtectaScreen n’est plus présent.

 

,

Pas de commentaire

PoussièreInfo de retour

Bonjour à tous,
une actualité professionnelle intense nous a imposé une pause dans nos posts. Mais les différents messages que nous avons reçu et des commentaires postés sur ce blog nous ont incité à en reprendre la publication.

Ne travaillant pas dans le Bâtiment, c’est à cause de travaux un peu « poussièreux » (voire cauchemardesques) que nous sommes mis dans l’idée de partager régulièrement autour de ce thème, tout en l’abordant de façon universelle.

Néanmoins, l’ouverture prochaine de Batimat n’est pas totalement une coïncidence à la reprise de nos publications car le centre de nos préoccupations est bien la protection des biens et des personnes durant des travaux (ceux qui ont des enfants asthmatiques et se sont retrouvés de nuit aux urgences voient de quoi je parle).
En fouinant dans l’index des participants apportant des innovations, nous sommes tombés sur un nouveau produit inconnu jusqu’à présent : Cleanjob dont le résumé :Batimat Cleanjobest plein de promesses en matière de confinement des nuisances, pour rompre enfin avec les bricolages à base de scotch et de polyane. Nous ne manquerons pas de faire un saut sur ce stand la semaine prochaine d’autant que la video (un poil kitsch) est assez intéressante sur l’approche originale de ce produit.
Pierre

, ,

Pas de commentaire

Abattage de poussières industrielles : la solution Microniser

Après avoir présenté Brumalis (voir notre post sur la fixation de poussière par brumisation), c’est avec la société belge Vangeel Elect. que nous poursuivons notre panorama des solutions proposées à l’industrie pour faire face à la diffusion massive de poussière.

microniser 4Le procédé proposé est la micronisation : il s’agit de créer de très fines gouttelettes d’eau d’environ 20 microns de diamètre au moyen de la force centrifuge au moyen d’un atomiseur rotatif. Une cage cylindrique grillagée tournant à haute vitesse fractionne l’eau et la pulvérise.
Les utilisations sont multiples, depuis l’humidification d’air au  le refroidissement et passant par l’atténuation des odeurs et l’abattage de poussière en milieu industriel.

Pour l‘abattage, Microniser crée une micronisation superficielle d’eau qui conjugue trois actions simultanées :

  1. Alourdir et agglutiner les particules en les humidifiant.
  2. Créer un  »couvercle » au dessus de la source de poussière : l’eau pulvérisée capte l’énergie nécessaire à son évaporation dans l’air ambiant et provoque ainsi un refroidissement de l’air. Ce refroidissement local, de quelques degrés (2-3° C), de l’air à la hauteur des têtes de pulvérisation (3 à 7 m), combiné au mouvement de chute des gouttelettes en processus d’évaporation, génère un couvercle d’air froid qui empêche les poussières de s’élever du sol.
  3. Diminuer la résistivité de l’air et ses charges électrostatiques. A cause de l’électricité statique, les poussières se repoussent les unes les autres et ont tendance à rester en suspension dans l’air. Augmenter l’humidité relative provoque une diminution de la résistivité de l’air et par conséquent diminue les charges électrostatiques des particules de poussière.

Selon le constructeur, le procédé Microniser peut s’appliquer dans des hangars, des halls semi-clos ou sur des sites extérieurs.Finesse et uniformité des gouttelettes permettent une plus grande efficacité de l’abattage avec une consommation énergétique réduite, directement à partir de l’eau de ville.
Les quelques photos illustrant le produit sont plutôt convaincantes.

microniser 2 microniser 1microniser 3

, ,

Pas de commentaire

Contrefaçons : des sociétés chinoises condamnées

copie-fauxNous évoquions en début d’année dans l’article « Halte aux contrefaçons« , la prise de position de Fédération Française du Bâtiment contre ce fléau. Principal pourvoyeur de copies potentiellement dangereuses, la Chine n’est pas la seule dans le collimateur car l’Inde et le moyen-Orient sont mis en cause également. Mais l’Empire du Milieu est bien le champion dans ce domaine.
Le préjudice direct est évalué de l’ordre du milliard d’euros rien que pour le matériel électrique basse-tension. Selon certains, le poids total est l’ordre de 30 voire 55Mds euros. Mais au-delà, la perte de chiffres d’affaire, la fragilisation des marges des industriels pèsent sur les capacités d’innovation, la croissance et évidemment l’emploi.
Tous les produits sont concernés y compris les matériaux pondéreux a priori moins intéressants pour les contrefacteurs du fait des coûts de transports. Inutile de dire qu’on ne sait ce qu’on peut retrouver dans les poussières de plaque de plâtre contrefaites.

Désormais assisté d’un conseiller spécialisé dans les réglementations, la FFB et ses adhérents n’hésitent plus à intenter des actions juridiques. Et manifestement, les autorités chinoises sont décidées à coopérer. les sociétés Grohe (robinetterie), JCB (pelleteuses), Legrand ou Schneider-Electric (matériels électriques) et d’autres n’hésitent plus à des coups de mains dans les régions chinoises fautives et obtiennent gain de causes auprès des tribunaux locaux (dont on connaissait pourtant il y a quelques années l’interprétation surprenante du droit en propriété intellectuelle).

port shanghai« Une fois de plus, une bonne coopération avec les autorités judiciaires locales fut prépondérante dans le succès contre les faussaires », explique un porte-parole de Grohe. Et plusieurs raids contre les fabricants violant les droits intellectuels ont permis d’engager de nombreuses poursuites en justice dans la région de Ningbo.»

Cela reste des coups d’éclats isolés car il semble difficile de contrôler un pays dont la production génère, pour le seul port de Shanghai, 350 départs de container toutes les 30 secondes…

 

, , , ,

Pas de commentaire

Comment fonctionne un filtre à poussière ?

Post technologique aujourd’hui pour présenter le fonctionnement d’un système de filtrage de poussière sèche.

filtre à poussièreLes composants de l’appareil

  1. Conduit d’aspiration
  2. Cartouches filtrantes
  3. Filtre « absolu » HEPA
  4. Ventilateur
  5. Conduit de rejet
  6. Manomètres
  7. Réservoir d’air à nettoyer
  8. Buses de nettoyage
  9. Bloc de contrôle
  10. Bac à poussière

Que se passe-t’il dans cet appareil ?

L’air vicié est aspiré par le conduit [1]  sur le coté du filtre. Quand l’air pénètre dans la chambre de filtrage, son vitesse baisse brutalement et les particules de poussière les plus lourdes tombent dans le bac de récupération [10]. L’air et les particules plus légères traversent ensuite 4 cartouches filtrantes [2] qui récupèrent la poussière restantes. L’air propre atteint ensuite le ventilateur intégré [4] qui propulse le flux au travers d’un filtre total de type HEPA (High Efficiency Particulate Air) [3] vers le conduit de rejet [5]. L’air est à ce stade assez propre pour être de nouveau remis en circulation dans la pièce.
Si, du fait du colmatage des filtres, la pression au niveau des cartouches filtrantes [2] augmente au-delà d’une limite fixée, des valves dans la réservoir d’air à nettoyer [7] se déclenchent et une décharge d’air fortement comprimé est expulsée par les buses de nettoyage [8] vers chacune des cartouches filtrantes.
filtre box
Cela inverse le flux d’air dans les filtres [2]. Le jet décroche alors la poussière collectée à la surface du filtre, qui tombe dans le bac à poussière [10].

Le modèle illustré ci-dessus est un modèle fixe pour atelier de ponçage, perçage, scierie, menuiserie… Il en existe de différents tailles, les plus grands montant à plusieurs mètres. Mais le principe est identique pour les dispositifs mobiles (cf ci-contre) tel que déployé sur certains chantiers dans le Bâtiment.

 

,

Pas de commentaire

Les experts Miami aussi dans la poussière

Récemment diffusé (ou rediffusé),l’épisode 9 de la Saison 9, « Une vérité édulcorée » débute dans une raffinerie de sucre où une explosion cause un décès. L’équipe scientifique d’Horatio Caine comprend l’origine de l’accident : l’accumulation de poussière de sucre due à l’absence de ventilation.

experts miamiDans cette fiction ou les séries éponymes situées à Las Vegas ou New-York, la poussière est souvent au cœur des enquêtes : traces de pas, résidus… Ici, c’est la mise en suspension de poussière de sucre qui crée un comburant hautement explosif. Nous avons déjà évoqués dans ce blog des explosions causés par les poussières de céréales, le charbon ou encore l’aluminium. C’est donc sous une forme originale et sucrée que la poussière apparait dans cet épisode.

,

Pas de commentaire

Preventica : le salon référence de la protection et de la sécurité

logo preventicaS’il est un événement incontournable pour les professionnels de la prévention des risques au travail, c’est bien le salon Préventica. Fort de ces deux éditions annuelles, il rassemble les acteurs de la protection qu’ils soient experts, industriels, organismes officiels avec un même but : limiter voire faire disparaitre les risques encourus par les salariés dans leur activité. Systèmes anti-feu, masques respiratoires, instruments de mesure, douches de décontamination. Tous les équipements sont présents sur le salon. Moins connus, le salon traite aussi des risques liés à la malveillance, aux intrusions mais aussi à la vulnérabilité numérique.
C’est apour les entrepreneurs, les chefs d’entreprise l’occasion idéale de rencontrer ceux qui font et appliquent les réglementations. Des colloques et débats s’y tiennent également pour favoriser le dialogue au sein de la profession.
Preventica compte une liste impressionnante de partenaires de tous types trop nombreux pour être nommés. Citons néanmoins l’INRS, les Carsat, l’OPPBTP, l’AFNOR…
Preventica innovation lilleEnfin, Preventica décerne à chaque édition différents Prix de l’Innovation récompensant par secteur les nouveaux produits marquants. Cliquez sur l’image ci-contre pour voir les lauréats de l’édition Lille 2013.

Afin de toucher la plus grande audience, Preventica tourne dans les régions et s’est déjà tenu à Rennes, Bordeaux, Marseille, Strasbourg, Toulouse… L’édition de printemps 2013 s’est tenue à Lille les 28,29 et 30 mai. L’édition de rentrée aura lieu à Lyon du 24 au 26 septembre à Eurexpo – Chassieux. L’inscription visiteur et accès aux conférences et gratuites. Programme et infos ici.Un rendez-vous à ne pas manquer.

, , , , , , , ,

Pas de commentaire

Poussière de Charbon : des risques professionnels forts

charbon  - poussièreAffections respiratoires

La plus connue des maladies professionnelles liée à la poussière de charbon est la silicose. Toutefois, l’inhalation des poussières respirables engendrées par la fracturation des blocs de charbon ou de silice minérale est responsable de différentes formes d’atteintes pulmonaires. La silicose est en une, mais aussi la tuberculose ou le cancer du poumon. A un stade avancé, la silicose est très invalidante voire mortelle.
Selon une étude de l’Agence Internationale de l’Energie, la Chine est aujourd’hui le pays le plus concerné. Parmi 6 millions de mineurs environ, il en est dénombré en 2010 600 000 cas d’affections pulmonaires. Fait aggravant, 80% des mineurs sont des travailleurs migrants, donc difficilement identifiables et suivables dans le cadre de programmes médicaux : Cette statistique affichant 10% de mineurs touchés par la silicose est donc certainement très largement sous-évaluée.

Affcharbon - visageections oculaires

Différents pays reconnaissent les affections oculaires résultant de l’exposition à la poussière de charbon comme maladies professionnelles. C’est le cas en France depuis 1995 et concerne les conjonctivites ou blépharoconjonctivites chroniques. Ces affections ne sont toutefois reconnues comme maladies professionnelles que si elles sont consécutives à une activité dans un puits de retour de mine de charbon pendant plus de 2 ans.

Explosions

Un autre risque méconnu lié à la poussière de charbon est l’explosion. Tout le monde connait le fameux coup de grisou résultant de l’explosion de poches de méthane emprisonnée dans la roche. Le coup de poussier moins connu résulte lui de la mise en suspension de poussière qui sous certaines conditions peut devenir fortement inflammables et détonants.

, ,

Un commentaire

Fixation de poussière par brumisation

Si il est une industrie particulièrement génératrice de poussière, l’extraction de minéraux est surement celle qui sort en tête. L’émission peut avoir lieu lors de la fracturation, de l’extraction, du convoyage et du traitement. Toute la chaine est concernée.

Les plus lourds grains de poussière (> à 100 µ), visibles à l’oeil nu, sédimentent très rapidement, ils ne sont pas réellement polluants, ni dangereux pour la santé.

Les grains moyens (de 10 à 100 µ) sédimentent lentement. Ils ne sont pas inhalables, mais rendent le travail manuel pénible à proximité du lieu d’émission (pénétration dans les yeux et au niveau supérieur des voies respiratoires). Ces poussières peuvent provoquer une pollution des zones environnantes, en présence de courants d’air et de vents.

Quant aux poussières fines ou ultra fines invisibles, (de 0,01 à 1 µ) elles restent en suspension dans l’air ambiant. Il n’est pas rare d’en retrouver à des distances dépassant plusieurs kilomètres, suivant la vitesse des vents. Elles sont inhalables, et peuvent pénétrer dans les parties profondes des voies respiratoires sans être évacuées par l’organisme.

Il a été largement démontré qu’une goutte d’eau de grand diamètre (1 à 5mm) traversant un nuage de poussières ne peut en aucun cas prétendre à une quelconque efficacité. L’aspersion ne sera donc d’aucune utilité. En effet, une grosse goutte, en se déplaçant à grande vitesse, provoque de par sa masse un déplacement d’air dans son environnement immédiat. Ce déplacement d’air violent repousse et éloigne les poussières fines très légères à traiter.

A l’inverse, une micro goutte brumisée, de dimension approximativement semblable à celle d’une particule de poussière, se déplacera à la même vitesse que celle ci. Le contact entre la micro goutte et la particule de poussière peut donc être établi. De plus, si la densité des micro-gouttes dans un nuage de brouillard est proche de celle d’un nuage de poussières, la chance d’obtenir un contact entre les deux masses est extrême. C’est tout le principe de l’abattage de la poussière par brumisation.
En général, il est préférable de fixer la poussière localement par des points d’humidification voire de l’arrosage mais parfois cela n’est pas applicable.

Brumalis propose la solution avec plusieurs produits dans deux gammes Elephant et Girafe. Ces brumisateurs créent un véritable brouillard artificiel qui permet de fixer les poussières résultant par exemple du convoyage du minerai, et d’éviter leur dissémination dans l’environnement.

Couvrant des surfaces jusqu’à plus de 10 000m² avec un seul canon, le traitement de grandes zones est très facile.

 

 

,

Un commentaire

Des sous-traitants d’Apple… explosifs

Il y a quelques temps, nous avions évoqué les risques d’explosion liés aux poussières en suspension (voir article « des poussières explosives »).

Courant Janvier, Apple a reconnu que deux de ses sous-traitants chinois avaient été victimes d’explosion liés à la mise en suspension de poussière d’aluminium. Ces deux accidents survenu chez Foxconn (de nom local « Hai Precision Industry ») à Chengdu et Ri-Teng (filiale de Pegatron) à Shanghai ont causés 4 morts et environ 80 blessés. Il ne s’agit donc pas d’événements anodins.

Les poussières d’aluminium auraient été mises en suspension lors des opérations de fraisage et meulage des coques d’Ipad, iMac et MacBook. Selon les experts, les poussières d’aluminium peuvent devenir plus détonantes que la mise en suspension de sucre ou de poussières de céréales. Sous conditions requises, l’explosion peut être profondément exothermique et causer des dégâts structurels importants à des ateliers, usines, bureaux.

Le rapport environnement publié par Apple pour 2012 (téléchargeable ici) exprime la tristesse d’Apple pour ces drames et expose les préconisations établies par des experts travaillant pour le compte d’Apple. A la date du sortie du rapport, tous les sous-traitants d’Apple sauf un appliquent désormais ces préconisations. Ainsi l’usage de soufflettes à air comprimé a été banni, les systèmes de ventilation revus et renforcés, des extincteurs automatiques adaptés ont été installés…

, ,

Pas de commentaire