Articles contenant le tag Innovation

Batimat 2013, une innovation anti-poussière médaille d’Or

batimat innovLe salon Batimat vient de s’achever après une semaine au Parc des expositions à Villepinte au nord de Paris. Le traditionnel concours de l’innovation a primée une trentaine de produits innovants.
Et cette année, la médaille d’Or catégorie « Matériel de chantier & Outillages » a  été décernée à une solution anti-poussière : le Polyane Liquide de marque Strik.

polyane liquideCe produit se présente sous la même forme qu’une peinture, applicable sur toute surface non poreuse (telles que plastiques, acryliques, marbres, métaux, béton, sols laqués, tuiles ou peintures). Après séchage, le Polyane Liquide se transforme en un film mince permettant de protéger, d’isoler, d’étanchéifier ou de confiner jusqu’à 24 mois. A toute moment, il se retire aisément du support sur lequel il est posé, à la main, sans trace, un peu comme un film pelable. Le produit existe en deux versions : blanche pour la protection intérieur et bleue pour la protection extérieur
• Facilité de pose, applicable au pistolet, au pinceau ou au rouleau : parfait pour les petites surfaces, les finitions et les réparations
• Rendement d’environ 4 m2 avec 1 kg
• Inodore et sans composé toxique
• Séchage en 2 h seulement
• Efficacité de 24 mois pour l’intérieur et 12 mois pour l’extérieur
• Déchets de faible volume
• Simple nettoyage des outils à l’eau froide !

Polyane Liquide StrikIl est tout à fait marquant que les efforts des industriels pour développer les protections contre la poussière soient récompensés. Cela va dans le bon sens, celui d’une meilleure qualité de vie lors de travaux. Néanmoins, je vois mal un artisan utiliser du polyane liquide pour confiner un petit chantier de rénovation tel que le réaménagement d’une salle de bain (où nous avons vécu un enfer au milieu de la poussière dans les chambres du palier pendant plusieurs semaines).

, , , ,

Pas de commentaire

Batimat Paris : c’est parti pour 5 jours

Logo Batimat 2013C’est aujourd’hui lundi 4 novembre que débute le salon Batimat Paris à Villepinte entre Paris et Roissy-Charles de Gaulle. Batiment se tient tous les deux ans et c’est LE salon du bâtiment par excellence. Jugez plutôt : l’édition 2011 a réuni 3500 exposant et presque 352 000 visiteurs (dont 19% d’étrangers venant de 177 pays). Le déménagement s’imposait, la porte de Versailles se faisant un peu juste pour un tel mastodonte.

Matériaux, outillage, architectes, innovations… le salon se veut la référence en France.
A bientôt pour notre petit compte-rendu de visite de mercredi.

, , , ,

Pas de commentaire

La poussière toxique de la planète Mars

NASA_Mars_RoverMars est revenue sous le feu de l’actualité avec la mission Mars Exploration Rover dont le robot à roulettes (mesurant près de 3m de haut quand même) nous transmet régulièrement des images de la planète rouge. Parmi les expériences et découvertes scientifiques réalisées, une est de nature à calmer les esprits créatifs qui imaginent déjà des bases martiennes. En effet, la poussière de Mars est très vraisemblablement encore plus dangereuse que celle de la Lune. Aucun échantillon n’a pu être rapporté sur Terre mais les expériences conduites sur place montrent que c’est non seulement un puissant oxydant et irritant mécanique mais également un poison chimique.

Mars doit sa couleur rouge au fait que sa surface est constituée en grande partie d’oxyde de fer. Il s’agit essentiellement de maghémite, un minerai ferro-magnétique qui rouille sous l’atmosphère martienne. Différents scientifiques soupçonnent que le sol poussiéreux sur Mars pourrait être un oxydant si puissant qu’il brûlerait n’importe quel composé organique avec lequel il entrerait en contact. Cela inclut les plastiques, le caoutchouc et surtout la peau humaine aussi sérieusement que de la soude.Mars.png

L’autre défi de la poussière martienne provient des violentes tempêtes qui soufflent à la surface de l’astre. Avec des vents jusqu’à 180 km/h à l’équateur, des nuages de poussière rouge abrasive et toxique fouettent les montagnes, balayent les plaines, érodent le substrat martien au point qu’il semble exclu de vouloir conduire une mission d’exploration ; la poussière s’incrustera partout et il sera difficile d’installer un système de filtrage mars dust stormefficace. Certaines tempêtes concernent la planète entière et non une zone localisée comme le témoigne les clichés astraux ci-après. Comme les habitants du désert ou des côtes sablonneuses le savent bien, le sable et la poussière envahissent tout, et c’est un combat quotidien que les astronautes devront mener pour préserver leur santé ainsi que leurs outils de travail.

La NASA étudie actuellement les moyens d’atténuer ces risque. Ce projet vise à étudier les technologies telles que les enduits en couche mince capables de repousser la poussière des outils et des autres surfaces ainsi que des techniques électrostatiques permettant de secouer ou d’enlever d’une autre manière la poussière s’accumulant sur les combinaisons spatiales.

A l’image de nombreuses recherches en matière spatiale, ces technologies peuvent avoir des retombées au quotidien, sur Terre avec des innovations significatives. En effet, en développant des méthodes de prévention ou de nettoyage de la poussière, si cruciales sur la Lune et sur Mars, on pourrait également s’en servir pour protéger les personnes contre les poussières tranchantes ou toxiques présentes sur les lieux de travail. Ces applications concernent par exemple la poussière de bois des scieries, des marbreries, de certaines usines de faïence, des opérations de gravure et naturellement la poussière abrasive de quartz dans les mines.

, ,

Pas de commentaire

Contrefaçons : des sociétés chinoises condamnées

copie-fauxNous évoquions en début d’année dans l’article « Halte aux contrefaçons« , la prise de position de Fédération Française du Bâtiment contre ce fléau. Principal pourvoyeur de copies potentiellement dangereuses, la Chine n’est pas la seule dans le collimateur car l’Inde et le moyen-Orient sont mis en cause également. Mais l’Empire du Milieu est bien le champion dans ce domaine.
Le préjudice direct est évalué de l’ordre du milliard d’euros rien que pour le matériel électrique basse-tension. Selon certains, le poids total est l’ordre de 30 voire 55Mds euros. Mais au-delà, la perte de chiffres d’affaire, la fragilisation des marges des industriels pèsent sur les capacités d’innovation, la croissance et évidemment l’emploi.
Tous les produits sont concernés y compris les matériaux pondéreux a priori moins intéressants pour les contrefacteurs du fait des coûts de transports. Inutile de dire qu’on ne sait ce qu’on peut retrouver dans les poussières de plaque de plâtre contrefaites.

Désormais assisté d’un conseiller spécialisé dans les réglementations, la FFB et ses adhérents n’hésitent plus à intenter des actions juridiques. Et manifestement, les autorités chinoises sont décidées à coopérer. les sociétés Grohe (robinetterie), JCB (pelleteuses), Legrand ou Schneider-Electric (matériels électriques) et d’autres n’hésitent plus à des coups de mains dans les régions chinoises fautives et obtiennent gain de causes auprès des tribunaux locaux (dont on connaissait pourtant il y a quelques années l’interprétation surprenante du droit en propriété intellectuelle).

port shanghai« Une fois de plus, une bonne coopération avec les autorités judiciaires locales fut prépondérante dans le succès contre les faussaires », explique un porte-parole de Grohe. Et plusieurs raids contre les fabricants violant les droits intellectuels ont permis d’engager de nombreuses poursuites en justice dans la région de Ningbo.»

Cela reste des coups d’éclats isolés car il semble difficile de contrôler un pays dont la production génère, pour le seul port de Shanghai, 350 départs de container toutes les 30 secondes…

 

, , , ,

Pas de commentaire

Protection anti-poussière : les germains plus propre que les français ?!

Les germains ont la réputation d’être obsédés par la propreté. Que ce soit en Suisse, pays des sommets immaculés ou en Allemagne, tout est supposé être nickel ! Cette réputation n’est pas usurpée en matière de propreté de chantier semble-t’il. Car en surfant sur différents sites web suisses ou allemands, on a pu découvrir des produits inconnus chez nous.

Rosset - Staubschutz-SchwingtürNous avons présenté dans ce blog les produits Zipwall, Protectascreen et autres clones. Une approche basique de réduction de la diffusion de la poussière par perches télescopiques et films polyane.
Voici une nouvelle approche plus évoluée, déclinée par plusieurs fabricants : il s’agit d’un concept de porte anti-poussière, composé …. d’une véritable porte. Un dormant en aluminium prend appui au plafond (jusqu’à 2m75) par un système de tiges télescopiques.L’étanchéité en périmètre est assurée par du film polyane collé par du scotch sur le pourtour. Bien pensé, deux passages sont prévus pour des buses d’aspiration ou de ventilation.

Profi - Staubschutz-SchwingtürSans avoir pu voir ces produits à l’œuvre, plusieurs aspects nous semble problématiques. Outre les problèmes inhérents au scotch dont l’adhérence requiert des surfaces bien lisses, l’ouverture d’une porte d’une telle taille génère un appel d’air qui va immanquablement diffuser un bon paquet de poussière. Par ailleurs, le « balai » fixé sous la porte pour assurer l’étanchéité au sol doit justement… balayer. Et balayer la poussière du chantier vers l’extérieur si le montage est fait dans ce sens. De fait le dégagement nécessaire pour ouvrir la porte ne doit pas permettre de l’implanter dans toutes les configurations d’huisserie.

Ces nouveaux produits apportent néanmoins la preuve qu’il est possible d’innover dans le domaine de la protection poussière et que, du moins à l’étranger, ce sujet intéresse les industriels. Peut-être le marché est-il plus attentif aussi aux problèmes de la poussière. Ce qui renforce notre volonté à tenir ce blog 🙂

 

,

Pas de commentaire

Preventica : le salon référence de la protection et de la sécurité

logo preventicaS’il est un événement incontournable pour les professionnels de la prévention des risques au travail, c’est bien le salon Préventica. Fort de ces deux éditions annuelles, il rassemble les acteurs de la protection qu’ils soient experts, industriels, organismes officiels avec un même but : limiter voire faire disparaitre les risques encourus par les salariés dans leur activité. Systèmes anti-feu, masques respiratoires, instruments de mesure, douches de décontamination. Tous les équipements sont présents sur le salon. Moins connus, le salon traite aussi des risques liés à la malveillance, aux intrusions mais aussi à la vulnérabilité numérique.
C’est apour les entrepreneurs, les chefs d’entreprise l’occasion idéale de rencontrer ceux qui font et appliquent les réglementations. Des colloques et débats s’y tiennent également pour favoriser le dialogue au sein de la profession.
Preventica compte une liste impressionnante de partenaires de tous types trop nombreux pour être nommés. Citons néanmoins l’INRS, les Carsat, l’OPPBTP, l’AFNOR…
Preventica innovation lilleEnfin, Preventica décerne à chaque édition différents Prix de l’Innovation récompensant par secteur les nouveaux produits marquants. Cliquez sur l’image ci-contre pour voir les lauréats de l’édition Lille 2013.

Afin de toucher la plus grande audience, Preventica tourne dans les régions et s’est déjà tenu à Rennes, Bordeaux, Marseille, Strasbourg, Toulouse… L’édition de printemps 2013 s’est tenue à Lille les 28,29 et 30 mai. L’édition de rentrée aura lieu à Lyon du 24 au 26 septembre à Eurexpo – Chassieux. L’inscription visiteur et accès aux conférences et gratuites. Programme et infos ici.Un rendez-vous à ne pas manquer.

, , , , , , , ,

Pas de commentaire

Jamais à court de sac aspirateur pour combattre la poussière

Se débarrasser de la poussière chez soi relève du combat. Un combat permanent où votre arme principale est l’aspirateur. Et quoi de plus inefficace qu’un aspirateur au sac colmaté par la poussière. Il est donc important de le changer régulièrement. Mais cela coute cher dans la durée et parfois certains modèles sont très difficiles à trouver.

Filtre aspirateur reutilisableNous avons déniché chez le VPCiste allemand Daxon ce produit innovant et pratique : le sac aspirateur universel. Sa poche est munie d’une fermeture éclair protégée par une mousse retenant la poussière. Il est ainsi possible de le vider le plus souvent possible afin de garder l’aspiration maximale. Composé de coton à 65% et de polyester à 35%, il est lavable à la main. Le prix dans les 6,50 euros est riquiqui en comparaison du coût cumulé des sacs, surtout en cas d’usage intensif en période de travaux.

Un produit malin qui s’adapte à tous types d’aspirateurs et s’utilise à l’infini !

, , ,

Pas de commentaire

Metabo : percer sans poussière

Nettoyer la poussière, c’est bien. La confiner, c’est mieux. Ne pas en faire, ce serait carrément le nirvana. C’est ce que semble promettre le fabricant allemand Metabo spécialisée dans l’outillage de perçage, meulage, … fixe ou portative.

Le système IDR se fixe sur ses équipements et fonctionne comme un véritable aspirateur. Autonome grâce à son moteur intégré, il peut fonctionner à plein régime même lorsque la vitesse de l’outil principal est réduite, captant ainsi un maximum de poussière (vous avez remarqué, c’est toujours quand on retire la mèche du mur qu’un max de poussière tombe…).

La poussière est captée par un filtre à pli, facilement démontable et qu’il convient de nettoyer  régulièrement, idéalement avec un jet d’air comprimé.

, ,

Pas de commentaire

Limitation des poussières : l’agriculture aussi

Si les citadins se sentent très concernés par la poussière atmosphérique des villes, la campagne aussi est touchée par le problème. La réglementation impose même de prendre des mesures limitatives pour certaines activités agricoles tels les semis présentant des pesticides.

Le constructeur de semoirs autrichien Kühn propose ainsi depuis quelques années une innovation adaptable sur un certain nombre de ces modèles. Il s’agit d’un déflecteur qui canalise la poussière issue de la trémie contenant les semences et la dirige en quelque sorte devant les roues du semoir. La poussière est alors enterrée par la roue plutôt libérée à l’air libre et dispersé par le vent dans les environs voire les habitations.

, ,

Pas de commentaire

La paille : un matériau innovant ?

Depuis la validation en janvier 2012 par l’Agence Qualité Construction des règles professionnelles de construction dédiés à la paille, de nombreux projets aussi bien individuels que collectifs ont vu le jour. Auparavant apanage des particuliers à « l’avant-garde écolo », la paille devient un matériau utilisé par les professionnels tels qu’ETI Construction qui y consacre notamment plusieurs articles sur son site (accéder au site ici) .

Le marché est dopé par les commandes publiques. En effet après des tests concluants de résistance au feu, de nombreux projets d’établissement recevant du public (ERP) en paille voient le jour. Est fréquemment évoquée, une école primaire à Issy-les-Moulineaux qui sera livrée en juin 2013. Mais d’autres projets sont en cours d’élaboration.

 

Pourtant, l’idée n’est pas neuve : ceux qui ont des attaches campagnardes savent bien que la paille a été utilisé comme matériau de construction depuis fort longtemps. Que ce soit comme isolant mural, comme dans de nombreux habitats de montagne mais aussi comme solidifiant des matières de remplissage des ossatures.

Ainsi le fameux torchis se comporte comme un béton fibré naturel où la paille renforce considérablement les propriétés mécaniques. Les fermes normandes, champenoises, picardes, berrichonnes et d’ailleurs (pour ne parler que de la France) en témoignent en traversant les années sans (trop de) dégats.

Il est d’ailleurs frappant de constater qu’en ces temps de crise, les principes d’économies qui s’imposaient de fait à nos ancêtres semblent faire redécouvrir ce génie rural méconnu.

 

 

En savoir plus :

  • Site des compaillons, les compagnons de la construction en paille : cliquer ici
  • Site de Robin Gobet, un des pionniers de la construction paille : cliquer ici

, , , ,

Pas de commentaire

Mesurer la qualité de son air ambiant

Le Salon de l’Electronique Grand Public vient de démarrer à Las Vegas. Parmi les innovations remarquées (française de surcroît), un système de capteurs mesurant la qualité de l’air à l’intérieur comme à l’extérieur proposé par la société NetAtmo.

 

La station capte différente informations (température, hygrométrie, taux de CO2) et les collecte régulièrement sur un site internet personnalisée consultable gratuitement via votre navigateur mais aussi votre téléphone ou autres tablettes. Vos données personnelles y sont croisées et complétées d’informations provenant des organismes officiels.

Grâce à un système de code couleur de son afficheur lumineux, la station alerte notamment quand l’air ambiant du domicile baisse en qualité par rapport à celui de l’extérieur : il est alors temps d’ouvrir les fenêtres pour renouveler une atmosphère confiné saturée en CO2.

Et pourquoi pas demain, la mesure de l’empoussièrement de l’air ambiant ? On serait surpris de découvrir la vraie nature de l’air que nous respirons.

, ,

Pas de commentaire