Articles contenant le tag Poussière

Conseil anti-poussière #6 : Tapis, coussins, n’hésitez pas à les frapper

tapisPas question de violence ici mais bien de ménage !

Les tapis, on l’a déjà dit, sont un formidable réservoir de poussière. Les fibres des tapis absorbent la poussière comme une sorte d’énorme éponge et les libérent dans l’air ambiant au moindre pas. Passer l’aspirateur une fois par semaine – voir plus en cas de problèmes respiratoires – est un minimum, mais un bon battage à l’extérieur de temps en temps est une absolue nécessité. La technique idéale, c’est de les étendre sur une barrière ou une corde à linge (plutôt costaud de préférence) et de les battre avec un balai ou une raquette de tennis.
Tant qu’à faire, n’hésitez pas à infliger à vos coussins le même traitement de choc.

Les tissus d’ameublement absorbent la poussière qui se pose dessus, mais ils libèrent aussi leurs propres fibres. A chaque fois que vous vous asseyez dessus, ils projettent tout ça dans les airs.
Il faut donc battre régulièrement et dans un lieu aéré les cousins ou les pièces amovibles des canapés et fauteuils.
Si les éléments ne sont pas amovibles, vous pouvez aussi recourir à des housses ou des plaids pour recouvrir votre mobilier, quitte à les battre et les passer en machine fréquemment.

 

, ,

Pas de commentaire

Batimat 2013, une innovation anti-poussière médaille d’Or

batimat innovLe salon Batimat vient de s’achever après une semaine au Parc des expositions à Villepinte au nord de Paris. Le traditionnel concours de l’innovation a primée une trentaine de produits innovants.
Et cette année, la médaille d’Or catégorie « Matériel de chantier & Outillages » a  été décernée à une solution anti-poussière : le Polyane Liquide de marque Strik.

polyane liquideCe produit se présente sous la même forme qu’une peinture, applicable sur toute surface non poreuse (telles que plastiques, acryliques, marbres, métaux, béton, sols laqués, tuiles ou peintures). Après séchage, le Polyane Liquide se transforme en un film mince permettant de protéger, d’isoler, d’étanchéifier ou de confiner jusqu’à 24 mois. A toute moment, il se retire aisément du support sur lequel il est posé, à la main, sans trace, un peu comme un film pelable. Le produit existe en deux versions : blanche pour la protection intérieur et bleue pour la protection extérieur
• Facilité de pose, applicable au pistolet, au pinceau ou au rouleau : parfait pour les petites surfaces, les finitions et les réparations
• Rendement d’environ 4 m2 avec 1 kg
• Inodore et sans composé toxique
• Séchage en 2 h seulement
• Efficacité de 24 mois pour l’intérieur et 12 mois pour l’extérieur
• Déchets de faible volume
• Simple nettoyage des outils à l’eau froide !

Polyane Liquide StrikIl est tout à fait marquant que les efforts des industriels pour développer les protections contre la poussière soient récompensés. Cela va dans le bon sens, celui d’une meilleure qualité de vie lors de travaux. Néanmoins, je vois mal un artisan utiliser du polyane liquide pour confiner un petit chantier de rénovation tel que le réaménagement d’une salle de bain (où nous avons vécu un enfer au milieu de la poussière dans les chambres du palier pendant plusieurs semaines).

, , , ,

Pas de commentaire

Masque anti-poussière : une innovation française remarquée

Masque InhaleSélectionné parmi le camp française au prochain concours de design international « James Dyson Awards », cet innovation française développée par deux étudiants de la filière ingénieurs designers de l’Université technologique de Compiègne (Oise).
Le point de départ de leur travail : comment assurer une protection respiratoire adaptée dans les environnements à risque tout en éliminant le coté anxiogène et déshumaniser des masques actuels qui cachent la moitié du visage ?
Baptisé Inhale, ce masque transparent consiste en une bulle étanche et souple pour s’adapter au visage ainsi qu’une branche de fixation à l’arrière du crâne incorporant le dispositif de filtrage de l’air. Le filtre amovible pourra être lavé et réutilisé.
Les deux futurs designers se sont inspirés de l’univers du casque audio pour le système d’accroche, des masques de ski et du casque de moto pour la structure.
Masque Inhale portéA l’arrivée, le produit est superbe. Reste à savoir à quel coût il peut être produit et si il peut prétendre à se généraliser. Je doute quand même que nos plâtriers et plaquistes, pour ne citer qu’eux, s’équipent un jour de ce genre de masque. Quand on voit, qu’en pleine poussière, certains ne portent même pas les masques classiques…

 

, , ,

Pas de commentaire

Conseil anti-poussière #5 : utilisez correctement votre aspirateur

aspirateur moquetteL’aspiration seule ne suffit pas pour capturer toute la poussière en particulier sur les tapis ou moquettes. Pour obtenir de bons résultats, if faut disposer d’un agitateur de surface (vous savez, la brosse qui accroche et chamboule les fibres).

Si vous avez besoin de nettoyer un plancher, du carrelage ou un revêtement en vinyl, là il faut recourir à la tête boitier sans agitateur (ou avec un agitateur hors fonctionnement).
Pour les plinthes, les recoins, abandonnez la tête et insérez la buse d’aspiration profilée. Sur certains modèles étaient même fournies des têtes spéciales pour se glisser dans les espaces entre les tubes des radiateurs. Mais avec les convecteurs électriques et la disparition progressive des bons vieux radiateurs en fonte, ces accessoires ne sont plus guère présents.

Selon votre marque d’aspirateur, vous aurez plus ou moins d’accessoires (des mini-brosses, des buses de différentes formes). Mais le terme est mal choisi car les accessoires sont essentiels. Aussi n’hésitez pas à consulter la notice ou les documentations sur internet pour savoir quand utilisez quelle buse ou tête spéciale.
Changer d’accessoire fait faire évidemment des manipulations et peut être vu comme une perte de temps. Mais la qualité de nettoyage est à ce prix, votre intérieur vous remerciera.

 

, ,

Pas de commentaire

Panneaux solaires : revoici la poussière !

panneaux solairesVous êtes nombreux à avoir été tentés par la mise en œuvre de panneaux solaires. Que ce soit pour pourvoir à vos propres besoins ou pour revendre sa production. Dans tout les cas de figure, une analyse approfondie de l’équation économique est requise : avec une des électricités les moins chers au monde d’un coté et des investissements pouvant être lourds en face, il est important de faire ses calculs avant de prendre une décision d’installation.
voltaique - rendementMais les plus beaux calculs peuvent être lis à mal par notre bonne vieille ennemie : la poussière. En effet, les pollens, la suie, les poussières atmosphériques encrassent inlassablement vos panneaux. De nombreuses études se sont penchées sur la question et les résultats sont assez désespérants : selon les niveaux d’encrassement, la perte de rendement va de 7 à 20% après un an d’installation. Sans nettoyage, la dégradation de rendement se poursuit au fil des années et peut mettre plus qu’à mal vos plans de retour sur investissement. Avec seulement 40% de rendement résiduel au bout de 5 ans d’encrassement continu, c’est par 2,5 qu’il faudrait multiplier la surface de panneaux pour revenir au nominal de production. Autant dire qu’une fois de plus, la poussière doit être combattue sans pitié !

 

,

Pas de commentaire

Conseil anti-poussière #4 : Des produits de nettoyage adaptés, tu utiliseras !

homme et chiffonLe principe du ménage, c’est de capturer la poussière mais pas de la disperser alentour. C’est pourtant ce qui se passe avec les bons vieux plumeaux et les chiffons secs. Avec des lingettes à jeter (tels que Swiffer ou Grab-it) ou des chiffons microfibres qui attirent la poussière et la retiennent grâce à des charges électrostatiques, vous avez de bien meilleures chances d’atteindre le résultat escompté.
Les tissus imbibés d’huile, de cire ou de produits alcoolisés captent aussi très bien la poussière mais peuvent laisser des traces sur les meubles.

Attention : réservez l’aspirateur pour des surfaces difficile à nettoyer avec un chiffon, telles que des sols non lisses, ou du bois creuser. Et éviter de le passer sur les meubles que vous pourriez endommager avec les tuyaux ou buses d’aspirations.

Sur des carrelages, privilégiez la serpillère microfibre passée à sec d’abord, puis imbibé d’un produit traitant adapté à votre céramique. Ils seront brillants et propres alors qu’un simple passage d’aspirateur pourra les ternir sans réellement les nettoyer à fond.

, ,

Pas de commentaire

Conseil anti-poussière #3 : nettoyer l’air aussi

Quand vous passez l’aspirateur avec la brosse à tapis, cela agite la poussière, notamment quand elle est incrustée dans des fibres. Une bonne partie est aspirée mais le reste est mis en suspension… C’est aussi le cas avec l’air pulsé en sortie d’apiration. Elle contient toujours une part de saleté qui n’a pas été bloquée par le filtre.
Une fois en l’air, cette poussière finit par retomber, sur les surfaces que vous venez de nettoyer.

climatiseurSi votre maison est équipée d’un système de conditionnement d’air, il y a un moyen simple de se débarasser de cette poussière aérienne avant qu’elle ne se redépose. Mettez votre conditionneur d’air en position ventilateur : cela va activer l’aspiration qui va renouveller l’air et le filtrer sans chauffer ni refroidir. En le laissant tourner pendant un quart d’heure après avoir passer l’aspirateur, vous débarrasserez l’air de toute la poussière en suspension. N’oubliez pas de le remettre en mode « marche normale ». En effet, les conditionneurs ne sont pas prévus pour fonctionner en mode ventilateur de façon prolongée et vous risqueriez de le détériorer.

Nettoyer l’air intérieur permet de compléter  un ménage soigneux

,

Pas de commentaire

Sniffer la poussière pour éviter les allergies

En ce qui concerne les allergies, le monde médical semble régulièrement divisé mais il y a un point qui fait consensus:

  • les mécanismes provoquant et entretenant les allergies ne sont pas totalement compris et connus;
  • l’environnement tient une place prépondérante dans la construction de la « carte allergique » surtout au cours des premières années de vie.

Différents laboratoires de par le monde effectuent de nombreuses recherches et l’importance des allergies respiratoires concentre plusieurs travaux. Dans certains cas, les résultats de laboratoire vont à l’encontre des idées préconçues mais ne semble pas si surprenant que ça.

Dans un article de 2006, le docteur Stéphane Guez revient et analyse les résultats de recherche menées sur des souris à l’Université de Californie à San Diego. Le protocole de test a amené des populations de souris a être mise en présence régulière de petites doses de poussière de maison (vaccination intra-nasale quotidienne), tandis qu’une seconde a eu droit à de fortes expositions irrégulières (vaccination hebdomadaire) , le groupe témoin n’étant lui pas mis en contact avec la poussière.

Les résultats démontrent clairement une différence de réaction immunitaire :

  • Le premier groupe (exposition quotidienne faible) développe une tolérance vis-à-vis des allergènes et ne présente dans la durée aucun signe d’allergie.
  • Le second présente des réponses Th2, ou dit autrement présente des crises allergiques, parfois violentes.

Selon le Dr Guez, ce travail réhabilite les approches de désensibilisation associant poussières de maison et acariens, fort décriées dans le cadre d’un courant récent chez les allergologues qui les considéraient pour ringardes.

Sniffer poussiereCe travail démontre que cette poussière, du moins sur le plan fondamental, a bien une influence sur le développement du système immunitaire et selon la nature du contact, chronique ou non, va favoriser une tolérance ou au contraire, faciliter le développement de l’allergie et de l’hyper réactivité bronchique aux pneumallergènes communs de l’environnement.
Comme pour les bactéries dans les fromages (un excès de pasteurisation favorise l’abaissement des défenses immunitaires humaines), une hyper hygiène domestique peut tendre à favoriser un terrain allergique. L’influence de l’environnement peut prendre des aspects surprenants et les polluants banaux ont indubitablement un rôle à jouer dans la construction des défenses immunitaires, rôle qui mérite d’être précisé chez l’homme.

Pour reprendre un adage chinois : tout est dans tout en petite quantité, seul l’excès est dangereux !

, ,

Pas de commentaire

Belgique : les chantiers en milieu hospitalier sous surveillance

Nous avons publié (voir ici) il y a quelques mois des photos prises à l’hôpital d’Alençon, Orne durant des travaux importants (rénovation et extension).
Chez nos voisins belges, l’avis CSS 8580 définit très précisément les procédures à mettre en œuvre en milieu hospitalier et cela semble assez éloigné des pratiques constatées en France. Jugez plutôt quant aux spécifications des cloisons de confinement anti-poussière :CSS-belgique

1/ But de la cloison de confinement
Elle a pour but d’isoler le chantier du reste du bâtiment et ainsi éviter la propagation de la
poussière dans les zones jouxtant le chantier. La pose d’une cloison sera décidée en
fonction de la matrice de risques.
2/ Caractéristiques des cloisons

  • La cloison doit être rigide, résistante aux coups, hermétique aux poussières et étanche à l’air.
  • La cloison sera recouverte, coté chantier d’une bâche plastifiée partant du sol et allant jusqu’au plafond. Elle sera fixée au sol, au plafond et sur les côtés. Tous les joints seront colmatés de part et d’autre de la cloison, (joints : entre sol et plaques, plaques et plafond et entre les différentes plaques) de manière à les rendre étanches à la poussière.
  • Si l’étanchéité de la jonction avec le plafond (ou celle du plafond lui-même) ne peut être garantie; le plafond sera doublé par une bâche suivant le même principe que la cloison.
  • Si le faux plafond et/ou le faux plancher doivent être ouverts, il est impératif que la cloison recouvre le tout en ce compris autour des gaines techniques.
  • Les cloisons devront être préparées de préférence en dehors des locaux opérationnels afin d’éviter toute émission de poussières dans ceux-ci.
  • Le montage et le démontage ne peuvent produire que très peu de poussières.
  • Son intégrité physique devra être régulièrement contrôlée durant le chantier (en fonction de l’avancement des travaux).
  • La ou les portes non utilisées pour le chantier seront condamnées durant le chantier et colmatées des deux côtés.
3. Particularité : la cloison avec porte(s) de chantier
  • Comme pour le point précédent, la cloison devra être contrôlée avant le démarrage du chantier par l’EOHH.
  • Son intégrité physique devra être régulièrement contrôlée (en fonction de la nature du chantier, de la production de poussières, de l’avancement des travaux, etc.) car des trous peuvent apparaître suite à des coups et elle perd, de ce fait, son étanchéité. Tout orifice sera adéquatement colmaté.
  • La porte donnant accès au chantier doit impérativement être fermée au moyen d’un ferme-porte durant la réalisation des travaux,afin d’éviter toute dispersion de poussière.
  • Un tapis sera posé devant la porte côté extérieur du chantier pour éviter la dispersion de poussière par les pieds. Ce tapis doit être nettoyé au minimum une fois par jour et systématiquement en cas de saturation.
  • La porte doit être ouverte le moins souvent possible car il existe un risque non négligeable de dispersion des poussières entre autres par les chaussures, l’air, etc.
4/ Remarques complémentaires concernant le confinement de chantier
Le degré de confinement de chantier tiendra compte de la matrice de risques. Selon le cas, il sera nécessaire de créer un sas étanche à la poussière à l’entrée du chantier. Divers autres éléments devront être pris en considération :
  • maintenir fermées les fenêtres des locaux limitrophes y compris aux niveaux inférieur et supérieur ;
  • arrêter la ventilation des locaux de chantier pour éviter l’encrassement des conduits et des filtres. Dans les cas extrêmes le chantier pourra être mis en dépression et le placement de filtres HEPA (High Efficiency Particulate Air) sera envisagé dans les zones à haut risque.

CSS-belgique-2.jpgNous avons évoqué sur ce blog différents produits se présentant comme des solutions de confinement anti-poussière. A la lecture de cet avis, ils nous semblent fort éloignés des exigences appliquées par la ministère de la santé belge. Il est d’ailleurs surprenant qu’aucune norme ou mesures ne soient appliquées en ce domaine.

, , ,

Pas de commentaire

Au fait, c’est quoi la poussière de maison ?

poussiere de maisonLa poussière de maison commune est le polluant le plus visible de nos intérieurs. Elle est composé d’éléments d’origine et de taille variées. La poussière contient normalement des éclats de peau, des fibres textiles comme les peluches, des poils d’origine humaine et animale, des traces végétales comme du pollen. Elle contient également des fragments de sol en décomposition, des morceaux d’insectes et des débris alimentaires. Il peut également inclure la suie et des particules provenant de la cuisson, du tabagisme et de la circulation de véhicules de plein air. Et, plus inquiétant, on peut y trouver des métaux lourds comme le plomb et l’arsenic ainsi que des pesticides comme le DDT, comme de nombreux tests en laboratoire l’ont démontré.

L’exécution de travaux à proximité et, a fortiori, à l’intérieur d’une maison engendre un surcroit de poussière sous forme de débris, poudres de matériaux mais aussi un apport de résidus métalliques respirables en cas de travaux de plomberie avec soudure par exemple.

La poussière de maison contient également des acariens microscopiques, minuscules parasites ressemblant à des insectes qui se nourrissent de la mort des cellules de la peau. Elles ne mordent pas ni ne s’enfouissent dans notre corps, mais ils sont l’un des allergènes les plus communs, et ils peuvent déclencher des réactions allergiques et l’asthme chez beaucoup de gens. Des centaines de milliers d’acariens de la poussière peuvent vivre dans la literie, matelas, meubles rembourrés, tapis ou les rideaux de votre maison. Les allergènes nuisibles qu’ils créent, sont constitués de leurs boulettes fécales et des fragments de leur corps. Les acariens sont pratiquement partout. Environ quatre maisons sur cinq aux États-Unis ont des niveaux détectables d’allergènes d’acariens dans au moins un lit.

poussiere_dysonLes particules de poussière de vingt microns et au delà ont tendance à se poser sur les meubles ou le sol. Ces particules s’accumule au fil du temps et peuvent entraîner des réactions allergiques. Les particules de poussière de moins de 20 microns sont beaucoup plus fines et ont tendance à flotter dans l’air. Ce sont elles qu’on voit danser dans les rais de lumière. Cela entraîne un risque plus grand pour ceux qui ont des maladies respiratoires chroniques comme l’asthme et l’emphysème, parce que les particules sont constamment inhalés jusque dans les alvéoles pulmonaires.

Le saviez vous ? Une maison de 140m2 génère 20 kilos de poussière par an !!

 

,

Pas de commentaire

Conseil anti-poussière #1 : Organiser vos placards

placardLes placards sont un véritable nid à poussière, remplis de minuscules fibres provenant des vêtements, des serviettes, du linge de maison. A chaque fois que vous ouvrez la porte, vous déclenchez une tornade propageant ces fibres dans la pièce. On ne peut pas empêcher les tissus de perdre des fibres mais on peut faciliter le nettoyage des placards, ce qui diminuera grandement la poussière.

 

closet + boxesPensez boites et housses !!
Des boites en plastique transparents sont idéales. Elles contiennent les fibres à l’intérieur et la poussière à l’extérieur tout en permettant de voir ce qu’il y a dedans. Quand vous faites le ménage, il est facile de les retirer pour bien nettoyer les étagères.

housseVos vêtements d’hiver ?
Même sans être portés, ils dispersent des fibres toute l’année; idéalement, mettez-les dans des housses ou à défaut de grands sacs-poubelles fermés. Quand viendra l’hiver, vous les trouverez à l’abri de la poussière ambiante. Pensez alors à ouvrir les housses et sacs avec précaution puis à y passer l’aspirateur.

Enfin, garder le sol des placards dégagé. Si le sol est encombré, il y a de grandes chances que vous n’y passiez pas l’aspirateur de façon méticuleuse et que les moutons s’installent. Cela ne vous prendra que quelques secondes pour nettoyer le sol de votre étagèreplacard si il est exempt de bazar. Si vous installez une étagère grillagée pour poser vos chaussures, la poussière du dehors tombera au sol et y sera aspirée régulièrement plutot que de stagnez et se mettre en suspension à la première occasion

 

Des placards propres, c’est déjà des chambres plus saines.

,

Pas de commentaire

Sur le vif : la poussière au quotidien

Lu sur le forum Vie Pratique / Décoration sur site Doctissimo :

Internaute 1 :
Speech_1« Dès que l’on attaque des travaux ou même refaire des peintures dans une pièce, on passe par la case poussière et bordel en tout genre..normal, on fait pas de travaux sans faire de la poussière, je refais mon couloir et mon entrée, donc le ponçage c’est de la pou pou partout( et pourtant je protège) cela rentre dans les meubles, cela monte même à l’étage, elle me persécute cette poussière,
cela me rend dingue, suis je normale ou d’autres sont dans le même cas? »

Internaute 2 :
Si tu baches tes meubles ça rentrSpeech_2e pas……..
Pour le ponçage avec une ponseuse sur la plupart il y a moyen de raccorder le tuyau de l’aspirateur. Il faut protéger les meubles et fermer le plus de portes possibles durant la durée des travaux.

Internaute 1 :
C’est comme cela que j’ai procédSpeech_1é pour le ponçage des murs ( poussière d’enduit la pire!) toutes les pièces étaient fermées, mais on en retrouve partout….faut dire que je suis un peu maniaque, il est difficile de faire des travaux sans faire un minimum de poussière..

Internaute 3 :
peSpeech_3rso je comprend, la premiere maison qu’on a faite, idem poncage des bande etc etc ben plusieur semaine d’affilée la poussiere retombe et ca rentre aussi dans les meubles …..
mais a part nettoyer y a pas gd chose a faire faut balaye voir laver plafond mur et sol car ca s’accroche partout.

graphic arrowCe dialogue illustre parfaitement le quotidien de beaucoup de femmes (ici, les 3 internautes sont des femmes…) qui doivent parer aux nuisances des travaux souvent entrepris à la va-vite par monsieur (on connait… tsss tsss tssss). Un  minimum de précautions prévalent.

1. L’idéal est de réussir à isoler totalement la zone en travaux du reste de la maison, sinon la vie de tous peut s’en trouver fortement perturbée, avec de vrais risques santé à la clé.

2. Bâcher hermétiquement les meubles restant sur place. Mais le mieux est quand même

3. Autant que possible, capter la poussière à la source. Si vous utilisez des outils (ponceuses, perceuses…), privilégiez des outils permettant un raccordement à l’aspirateur.

4. Et passer l’aspirateur est évidement fondamental mais comme cela a été dit dans cet échange, la poussière s’accroche. Aux murs, au plafond… et retombera plus tard. Il est donc tout aussi important de passer un chiffon ou plumeau électrostatique sur l’ensemble de la zone « contaminée ». Sur les chantiers professionnels, il est souvent pulvériser de l’eau en micro-gouttelette pour capter la poussière et l’amener au sol. Ces techniques d’abattage ne sont évidemment pas en général accessibles au particulier.

, ,

Pas de commentaire