Tempête de poussière sur Phoenix : quelles conséquences ?


Nous avons publié il y a quelques temps (voir ici) une photo impressionnante de Phoenix, Arizona touché par un nuage de poussière en juillet 2011. L’évènement s’est reproduit en juillet et septembre 2012, parfois accompagné de pluies diluviennes. Les américains qui décidément aiment bien inventer des noms pour les phénomènes météo (on se souvient de Frankenstorm en octobre dernier) ont appelé cela Haboob (provenant de l’arabe du désert qui désigne un vent de sable).
nuage poussière barrière protectionUn lecteur nous demandait récemment quels étaient les dégâts : difficile de savoir sans être sur place. Néanmoins, les journaux américains font état à chaque fois de coupures d’électricité localisé (mais pouvant toucher de 5000 à 10000 personnes selon les épisodes) ainsi que de nombreux accidents de voiture. L’activité économique est fortement ralentié pour plusieurs jours (circulation déconseillée voire interdite, fortes perturbations du trafic aérien). Avec des rafales de vents à plus de 90 km/h, le « Haboob » est extrêmement destructeur car les fines particules de poussière qu’il transporte s’insinue massivement. Selon le météorologue Fred Gabomski de l’Université d’Etat Penn : « La poussière va partout… Elle va dans tous les engins électroniques, elle va dans tous les coins et recoins ». William Sprigg, chercheur à l’Institut de Physique Atmosphérique de l’Université d’Arizona, va plus loin. Il étudie les haboobs depuis des années et prétend que la poussière a des impacts méconnus sur la santé des millions de personnes qui vivent dans la zone concernée. En effet, ces nuages de poussière transporte un mélange nocif de champignons, de métaux lourds issus de divers polluants, des produits chimiques et des bactéries qui peuvent provoquer des maladies cardiovasculaires et oculaires, ainsi que d’autres pathologies.
Selon lui, « on connait assez bien le coût direct des ces tempêtes mais il me semble urgent de faire un examen complet des effets de la poussière sur la région ».

 

, , ,

  1. Pas encore de commentaire.
(ne sera pas publié)