Un témoignage


Je déjeunais aujourd’hui avec une amie qui a emménagé il y a quelques mois dans un loft dans le quartier du Marais à Paris. Du fait de travaux de rénovation des parties communes et notamment de la cage d’escalier, son appartement (comme celui des différents copropriétaires et locataires) a été envahi par une poussière permanente et insidieuse.

Elle a essayé de calfeutrer la porte d’entrée avec du scotch, des linges, mais rien n’y fit. Les moyens de fortune restent inopérant contre la poussière.

Malheureusement, elle est très sensible des voies respiratoires et a enchainé pneumonie sur pneumonie durant toute la durée des travaux. Pour elle, aucun doute possible, son état de santé a été dégradé par cette poussière omni-présente. Un fardeau pour la collectivité car ses soins ont évidemment été pris en charge (et c’est bien normal) par la Sécurité Sociale. Et dès la fin des travaux, elle a retrouvé un air propre et une respiration normale.

Je n’ose imagine le coût que notre nation supporte du fait de chantiers faiblement voire non protégés.

, ,

  1. #1 by Fred-et-Marie on 17 janvier 2013 - 8 h 56 min

    Meme mauvaise experience. Nous avons eu un probleme important durant les travaux de renovation de notre maison, une vieille ferme dans la sarthe. Entre les artisans et les travaux que je faisais le soir et le weekend, il y avait tout le temps de la poussiere un peu partout. Et surtout dans les chambres, la notre et celle de notre fille de un an. Elle a enchainé des bronchiolites, c etait tres impressionant et le pediatre a pointé du doigt la poussiere permanente. J ai essaye de calfeutrer les portes avec du scotch mais on, ca ne tient pas vraiment et la poussiere passe toujours par le bas.
    Bon maintenant, on a fini du moins du coté des chambres, et chloe va mieux.
    Ce qui est un peu dommage, c est que les artisans s en fichent carrement, on a beau leur demander ce qu ils peuvent faire pour limiter la poussiere ou au moins eviter qu’elle se balade partout, il semble que cela soit la fatalité…
    Frederic

(ne sera pas publié)